Retour

L'Église Sainte-Thérèse, à Témiscaming, vandalisée

Plusieurs citoyens de la municipalité de Témiscaming condamnent les actes de vandalisme qui ont ciblé l'église Sainte-Thérèse dans la nuit du samedi à dimanche. Des malfaiteurs ont saccagé plusieurs objets religieux et ont dérobé une dizaine de bouteilles de vin de messe. Mais l'église n'est pas la seule à avoir subi du vandalisme cette fin de semaine. La municipalité de Témiscaming aporté plainte à la police pour des méfaits qui ont ciblé le parc municipal au centre-ville.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Les dommages dans ce lieu de culte construit en 1919 sont évalués à 10 000 $. Le curé Fortunatus Rudakemwa et les paroissiens ont découvert l'ampleur des dommages dimanche matin. 

« Le pire, c'était à la sacristie. C'est là [qu'était] la petite réserve de vin de messe que nous avions. C'est là qu'on a brisé en pièces les statues de Saint-Joseph et les statues du Sacré-Coeur de Jésus. On a aussi éventré toutes les armoires et jeté par terre tout ce qui pouvait être jeté par terre. »

Un historique de méfaits

L'homme de foi souligne que ce n'est pas la première fois que l'église Sainte-Thérèse est la cible de casseurs. « Entre juin et novembre 2015, il y a eu quatre [entrées par effraction] de ce type. Celui-ci était le cinquième. Mais c'est le plus grave, c'est le plus méchant, le plus agressif. »

« Des caméras de surveillance vont être installées. Je dirais même que les malfaiteurs nous ont battus de vitesse parce que les caméras de surveillance sont là, mais on ne pouvait pas les installer pendant l'hiver [parce que] les toits étaient enneigés et inaccessibles », poursuit M. Rudakemwa, avant d'ajouter que les caméras devraient être installées d'un « moment à l'autre ».

Enquête de la SQ

Le service d'identité judiciaire de la Sûreté du Québec s'est rendu à Témiscaming dimanche matin pour faire l'analyse complète de la scène. L'agent d'information de la SQ, Jean Tremblay, souligne cependant qu'aucun suspect n'est pour l'instant dans la mire des policiers. 

« Dimanche matin, vers 8 h, on a été sollicités, précise le porte-parole des forces de l'ordre. Les policiers se sont rendus à l'église au 60, rue Boucher afin de constater qu'il y avait eu introduction par effraction. À l'intérieur, malheureusement, divers objets religieux, comme des statues et des chandeliers, ont été brisés. Le montant des dommages serait d'environ 10 000 $. En plus, le ou les voleurs sont partis avec des bouteilles de vin de messe. » 

La mairesse condamne les gestes

La mairesse Nicole Rochon condamne les gestes et veut qu'on cesse de s'en prendre au lieu de culte. « Au niveau de l'église, si ça fait trois, quatre, cinq fois dans un court laps de temps, c'est sûr qu'il va y avoir des mesures qui devont être prises pour que ça arrête... Il va falloir vérifier au niveau du Conseil paroissial à savoir s'il y a des choses sur lesquelles la ville peut s'impliquer », dit-elle.

Selon Nicole Rochon, le parc municipal a également subi des méfaits cette fin de semaine et une plainte est déposée auprès de la sureté du Québec.

Plus d'articles

Commentaires