Retour

L’espoir de régler le dossier des ordres d’expulsion de plusieurs Autochtones d’Angliers est mince, selon Luc Blanchette

Le ministre responsable de la région croit qu'il est trop peu trop tard pour intervenir dans le dossier des sept résidents de Timiskaming First Nation qui ont reçu des avis d'expulsion de leurs résidences en bordure du lac des Quinze, à Angliers.

Avec les informations d' Émilie Parent-Bouchard

Luc Blanchette soutient que les propriétaires de résidence ont déjà reçu un avis d'éviction de la cour à cet effet.

Même s'il dit être ouvert à la discussion, le ministre croit donc que les chances de renverser la vapeur sont minces.

« Les consultations ont été faites, les demandes ont été faites, les gens ne se sont pas toujours présentés, donc c'est un vieux dossier, ce n'est pas récent comme dossier, a expliqué le ministre Luc Blanchette. On a beaucoup attendu du côté autochtone pour réagir. Mais essentiellement, il faut comprendre les Autochtones dans ce dossier-là. Ce n'est pas un dossier si simple que ça, il n'y a pas de petite solution facile puisqu'il y a déjà un jugement de la Cour de justice. C'est un peu tard dans le processus. »

Plus tôt cette semaine, des membres de la communauté de Timiskaming First Nation ont menacé d'empêcher la tenue du prochain Rodéo du camion à Notre-Dame-du-Nord si les deux parties ne s'entendaient pas.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque