Retour

L'est du Témiscamingue compte plus de 70 entreprises

Plus de 70 petites, moyennes et grandes entreprises ont été répertoriées dans l'est du Témiscamingue.

Selon les données d'un recensement rendu public récemment par le Comité de diversification des municipalités de l'est témiscamien, c'est Fugèreville qui vient en tête avec plus d'une trentaine d'entreprises, suivie de Latulipe-et-Gaboury, Moffet puis Belleterre et Laforce.

Selon l'agente socioéconomique du comité, Claudette Bégin, le but du recensement est de mieux connaitre le portrait des entreprises de l'est.

« On a été surpris de voir quand même la diversité, mais aussi le nombre d'entreprises qu'il y a dans chacun des villages. Puis [ce sont] des gens qui sont assez débrouillards, parce qu'il y en a beaucoup là-dedans qui sont en affaires depuis très longtemps, il y a beaucoup de personnes qui ont appris dans le tas aussi, ce sont des gens qui ont développé leurs expertises au fur et à mesure », a-t-elle expliqué.

Un gala reconnaissance en mai

Selon Claudette Bégin, ce travail va servir à mieux aider et valoriser les entreprises de l'est du Témiscamingue. D'ailleurs, le comité compte organiser le premier gala reconnaissance des entreprises de l'est le 14 mai prochain.

Selon elle, le Comité sera à l'écoute des besoins des entreprises de la région. « Ça va être aussi d'être à l'affut, nous, des différents projets qui peuvent être montés, des projets de formations, des projets avec Emplois Québec, s'il y a des projets avec la SDT [Société de développement du Témiscamingue], avec la MRC, ben nous on va être à l'affut des besoins, en connaissant mieux les besoins des entrepreneurs, on va être en mesure de voir les drapeaux qui vont sortir puis puis peut-être même éventuellement monter des projets avec des entreprises qui ont des besoins communs. »

Toute une surprise pour Bruno Boyer

Le président du comité est également surpris par le nombre d'entreprises qui existent dans la région.

Bruno Boyer, qui est maire de Belleterre, croit que des activités comme le gala reconnaissance vont encourager d'autres personnes à se lancer en affaires.

« C'est sûr qu'on veut toujours en avoir plus [d'entreprises]. Mais je vous dirais qu'en faisant une soirée reconnaissance, des fois ça met la puce à l'oreille à d'autres personnes qui n'ont pas la force de vouloir partir une entreprise, mais il leur manque tout le temps un petit quelque chose. Mais en ayant un petit coup de pouce comme ça, en les reconnaissant un peu, ça donne la chance pour des [nouveaux entrepreneurs] qui voudraient partir en affaires », a-t-il dit.

Plus d'articles

Commentaires