Retour

La CNESST subit des conséquences de la grève des juristes

La grève des juristes de l'État a aussi des conséquences en Abitibi-Témiscamingue. L'émission des constats d'infraction aux entreprises désignées fautives par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) est retardée.

La CNESST a douze mois pour remettre un constat d'infraction à une entreprise fautive et la grève des juristes ralentit ce processus.

Le responsable des communications à la direction régionale de la CNESST, Yvon Grégoire, se veut néanmoins rassurant.

« Les services essentiels sont assurés à la CNESST. Ce que ça peut faire, compte tenu du volume qui peut être analysé, ça fait retarder, mais ce qui n'empêche pas, par la loi, d'avoir les 12 mois pour émettre un constat d'infraction. Alors, les services essentiels s'assurent qu'on va être dans les délais, mais au lieu d'être analysé ici dans la région, c'est le central qui s'occupe de cette notion-là », explique-t-il.

Dans la région, deux juristes sont actuellement en grève depuis le 24 octobre.

Plus d'articles