Retour

La communauté de Lac Simon regrette le musicien Noé Mitchell

L'un des fondateurs du groupe Anishnabe, Joseph Noé Mitchell, est mort hier à l'âge de 63 ans au centre hospitalier de Val-d'Or.

Le musicien, bien connu dans la communauté de Lac-Simon, avait créé le groupe avec d'autres amis algonquins dans les années 90. Ils ont fait plusieurs tournées de spectacles dans les communautés algonquines durant une quinzaine d'années. Ils abordaient entre autres les thèmes de l'identité, de la langue et même des problèmes de drogue et d'alcool.

Son ami et collègue guitariste Alex Cheezo se souvient d'un homme hors du commun. « C'était une personne qui savait écouter. Écouter les autres, apprécier les autres aussi parce que [ce n'est] pas facile dans le contexte [où l'on] grandit, dans une communauté, on ne reçoit pas [beaucoup] de compliments. En même temps, c'était un farceur, il aimait ça. Des fois, on ne savait pas s'il était sérieux ou non, quand c'était bien sérieux. C'est une personne qui disait les choses telles qu'elles sont. Il ne [passait] pas par quatre chemins. »

La vice-chef du Conseil de la Nation de anishnabe de Lac Simon était sous le choc lorsqu'elle a appris la nouvelle, alors qu'elle revenait de Québec. 

« Quand on m'a annoncé, j'étais sans mots. J'étais accompagnée de mon père et on arrivait pas à croire qu'il était parti si subitement », explique Pamela Papatie, qui est aussi peinée de savoir que la communauté, comme le reste de la population, n'aura pas accès à l'album que Mitchell était en train de préparer. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine