Retour

La CSN en Abitibi-Témiscamingue craint les mesures du gouvernement pour 2017

Le Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue a dressé son bilan pour l'année 2016 et donne un aperçu des perspectives pour 2017. Pour le syndicat, l'année 2016 a été une année teintée par les négociations.

Le Conseil central a appuyé près de vingt syndicats, représentant près de 3 000 membres, afin de conclure leurs nouveaux contrats de travail.

Pour le président régional, Giacomo Bouchard, l'année 2016 a encore été une année d'austérité.

« C'est la continuité des mesures d'austérité, qui se sont traduites, dans la région, par des coupes dans à peu près tout. Dans tout ce qui fonctionnait avec des subventions gouvernementales », affirme-t-il.Il estime que les groupes communautaires, les CPE, la santé, et le scolaire ont écopé. « Pas mal tout le monde y est passé en 2016, donc le bilan que nous en faisons, c'est que l'autérité n'est pas derrière nous. On est vraiment en plein dedans », estime-t-il.Dossiers à surveiller

Ainsi, le Conseil central affirme qu'il va continuer de dénoncer les politiques d'austérité du gouvernement libéral en 2017. Le syndicat va surveiller plusieurs dossiers régionaux notamment en santé et en petite enfance.

La CSN va aussi travailler pour le rehaussement du salaire minimum et le secteur forestier va demeurer au coeur des priorités du syndicat.

« On espère que 2017 sera l'année du 15$ de l'heure pour le salaire minimum. On va essayer de taper là-dessus le plus possible, dans les médias, sur la place publique. Un autre dossier important à surveiller, c'est le dossier du bois d'oeuvre avec l'élection de Trump aux États-Unis, à savoir comment ce partenariat va se négocier. Il ne faut pas se cacher que la foresterie est un levier économique important dans la région, et on est très inquiets, je dirais », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine