Retour

La CSQ réclame des réinvestissements en petite enfance

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) réclament un réinvestissement dans les CPE partout au Québec et dans la région.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

À l'occasion de la Semaine des services éducatifs à la petite enfance, les deux syndicats interpellent les élus de la région pour revendiquer plus de 4,5 M$ pour l'Abitibi-Témiscamingue.

La présidente du Syndicat des intervenantes en petite enfance de l'Abitibi-Témiscamingue, Manon Dion, croit que Québec doit utiliser l'argent des transferts fédéraux dédiés aux services de garde et les montants provenant de la modulation des tarifs.

« On a beaucoup d'enfants aux besoins particuliers. On parle de difficultés de langage, d'enfants autistes, trisomiques, qui ont besoin de plus de support, qu'on n'est pas capable d'assumer nécessairement avec des groupes à 8 ou 10 enfants. On demande des sommes supplémentaires, ce qui n'est pas fait. De plus, on demande aussi des sommes pour des cas plus lourds », précise Manon Dion.

Déjà injectées, dit Guy Bourgeois

De son côté, le député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois, affirme que les sommes demandées par les deux syndicats, des transferts fédéraux et celles provenant de la modulation des tarifs, sont déjà injectées dans le système.

« L'argent qui découle de la contribution additionnelle est réinvesti entièrement dans les services de garde. Il s'agit d'un montant de 161 millions de dollars par année. [...] En ce qui concerne l'argent du fédéral, on parle d'une somme de 88 millions de dollars qui est versée par le gouvernement fédéral, réinvesti dans les mesures destinées aux familles, notamment dans le service de garde, dans la stratégie 0 à 8 ans et dans des mesures destinées aux familles touchées par le trouble du spectre de l'autisme ou des jeunes qui sont en difficultés », déclare-t-il.

Pour sa part, la députée de Joliette et vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon, dit que son parti soutient les demandes du milieu et promet un retour au tarif universel si le PQ est porté au pouvoir.

Plus d'articles