Retour

La CSRN ne pourra pas agrandir ses écoles en 2018

La Commission scolaire de Rouyn-Noranda (CSRN) devra oublier son projet d'agrandir trois écoles primaires en 2018. Le ministère de l'Éducation a fait savoir qu'il n'allait pas allouer d'argent pour les écoles Saint-Bernard, Notre-Dame-de-Grâce et Le Prélude cette année.

Avec les informations de Piel Côté

La nouvelle est tombée cette semaine et celle-ci a été froidement accueillie par la direction générale de la CSRN.

La règle du ministère stipule qu'il ne peut accorder du financement si des écoles étant situées dans un rayon de 20 kilomètres ne sont pas à pleine capacité. Les écoles Le Prélude, D'Alembert et Bellecombe, à titre d'exemple, ne sont pas à pleine capacité.

Le président de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda, Daniel Camden, ne veut toutefois pas se résoudre à transporter de jeunes élèves aussi loin.

« Ça ne valoriserait pas le sentiment d'appartenance des jeunes à leur école », fait-il valoir.

Ce dernier a fait connaître sa déception, mais il s'est montré lucide dans la situation. « Le ministère a reçu quatre fois plus de demandes cette année qu'il a de moyens pour financer de nouveaux espaces », exprime-t-il, tout en signifiant qu'il ne baissait pas les bras.

Des plans B, C et D

Daniel Camden a fait savoir qu'il avait trois nouveaux plans afin de résoudre la pénurie d'espace puisque le plan initial est tombé à l'eau, soit de nouveaux financements pour l'agrandissement des trois écoles. Le premier sera de redéposer de nouvelles demandes pour les trois mêmes écoles, mais en demandant au ministère s'il y a moyen de préciser comment la CSRN pourrait les rendre conformes.

Le deuxième plan envisagé est un autre redécoupage du territoire, malgré celui que la Commission scolaire a annoncé en février 2018. « On va voir s'il n'y aurait pas moyen de déplacer certains élèves une bonne fois pour toutes afin d'éviter à avoir à refaire ça », ajoute Daniel Camden.

Enfin, la toute dernière alternative serait d'installer des roulottes temporaires qui serviraient de classes. « Si on n'est pas capable d'avoir du financement, on voudrait au moins garder les élèves dans leur quartier d'appartenance, on trouve ça significatif pour eux », soutient le président de la CSRN.

« Luc Blanchette a fait de son mieux », dit Daniel Camden

Après la décision du ministère de l'Éducation, Luc Blanchette, a tenté de s'interposer, mais sans succès. « Luc Blanchette a travaillé avec nous tout au long du processus et il a même fait des téléphones la semaine passée, en espérant changer la situation », a fait savoir Daniel Camden, ajoutant que la décision était plus administrative que politique.

Plus d'articles