Retour

La famille de Sindy Ruperthouse fouille un nouveau site

Une battue est organisée cette fin de semaine à Val-d'Or pour trouver de nouveaux indices sur la disparition de Sindy Ruperthouse, cette femme autochtone originaire de Pikogan, disparue depuis le printemps 2014. La recherche s'effectue dans un secteur qui n'avait pas encore été exploré soit celui du chemin du rapide Twin.

Un reportage de Guillaume Rivest

Une vingtaine de personnes participent à une battue dans le but de retrouver le corps de Sindy Ruperthouse cette fin de semaine.

Son père, Johny Wylde, refuse de rester inactif. « On a fouillé, il y a un mois, et on a trouvé un camion. C'est ça qui nous a attirés plus ici. La Sûreté du Québec est venue. Ils sont allés voir le camion. Ils disent que ce n'est pas relié à Sindy », indique-t-il.

Le coordonnateur du groupe de recherche et sauvetage du Témiscamingue, Raymond Létourneau, s'occupe d'orienter les recherches. « On cherche des indices, qui pourraient nous permettre de retrouver [Sindy]. On cherche soit des pièces de vêtements, soit des ossements, ou encore des indices qu'une personne aurait creusé le sol récemment. Si on trouve quelque chose, c'est un endroit qu'on va peut-être fouiller davantage, voir si une personne aurait été dissimulée », explique-t-il.

Une citoyenne de Val-d'Or, Carmelle Adam, est venue apporter son soutien à la famille. « Au moins, pour aider au deuil et faire une espèce de fermeture à cette blessure-là. Il y'a toujours l'idée d'espoir et de pouvoir aider », témoigne-t-elle.

Si aucun indice n'est trouvé, la famille espère entreprendre d'autres recherches dans d'autres secteurs du chemin du rapide Twin avant l'arrivée de l'hiver.

Plus d'articles

Commentaires