Retour

La FIQ de l’Abitibi-Témiscamingue demande des excuses de la part Jacques Boissonneault

Dans une lettre ouverte, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) en Abitibi-Témiscamingue s'attaque directement au président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la région, Jacques Boissonneault.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le syndicat a trois demandes : des excuses publiques de Jacques Boissonneault, la tenue d'une tournée régionale pour rencontrer les employés, et finalement, un accès à l'enquête interne concernant le bloc opératoire de La Sarre. À ce propos, on reproche aussi à Jacques Boissonneault d'avoir affirmé que des employés « n'étaient pas malheureux du fait que le docteur Issam El-Haddad travaillait beaucoup de soir et de nuit », ce qui est faux selon le syndicat.

Le syndicat estime que le PDG du CISSS-AT a menti à plusieurs reprises lors de ses interventions avec les médias, notamment en ce qui a trait à la situation au bloc opératoire de La Sarre, dévoilée lors de la diffusion d'un reportage de l'émission Enquête.

Selon la vice-présidente de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue, Nancy Moore, Jacques Boissonneault aurait été avisé le 1er mai 2013 du fait que les opérations réalisées par le Dr El-Haddad se déroulaient souvent le soir et la nuit.

Jacques Boissonneault réagit

Le PDG du CISSS affirme ne pas avoir l'intention de s'excuser. Il maintient n'avoir jamais été avisé en 2013 de la méthode utilisée par le docteur Issam El-Haddad. « Pensez-vous que j'aurais laissé ça passer? affirme-t-il. C'est facile de dire ce qu'on veut, lorsqu'on a le bout du pavé et que la population nous écoute de partout, alors qu'on accuse l'acteur qui joue le mauvais rôle ».

Jacques Boissonneault souhaite toutefois pouvoir continuer à rencontrer les employés, « puisqu'il l'a fait et continuera de le faire ». Il assure que le syndicat sera mis à contribution lors de l'enquête interne concernant le bloc opératoire à La Sarre.

Enquête interne à La Sarre

Infirmière de profession et possédant une expérience de plus de 30 ans dans le domaine de la santé, Céline Corbeil a été mandatée par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) pour réaliser l'enquête interne à La Sarre.

C'est elle qui était chargée aussi au Centre d'hébergement de soins de longue durée d'Harricana en 2015, lorsqu'un rapport du Protecteur du citoyen faisait état de graves lacunes et de maltraitance. Selon le président-directeur général, Jacques Boissonneault, tout sera analysé en détail.

Plus d'articles

Commentaires