Retour

La FIQ lance une consultation indépendante sur les soins en santé mentale en Abitibi-Ouest

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) prépare des consultations sur l'avenir de l'Unité interne de santé mentale de La Sarre : elle craint que malgré l'annonce du maintien de l'unité de l'hôpital des Aurores boréales réalisée cette semaine par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), les acquis ne s'effritent sur le territoire.

D'après une entrevue de David Chabot

La vice-présidente infirmière du Syndicat des professionnelles en soins de santé des Aurores boréales explique que la fédération veut écouter les personnes concernées par ce problème. Bien que le Centre intégré de santé et de services sociaux ait annoncé cette semaine que l'unité restera ouverte, Nancy Moore craint que la moitié des huit lits en santé mentale ne changent de vocation.

« Il faut être prudent là-dessus, parce que oui, ils peuvent peut-être être ouverts, mais il a quand même annoncé de nouvelles vocations pour au moins quatre lits, indique-t-elle. Présentement, on a sept lits sur les huit qui sont occupés en soins actifs. [Donc], si on en garde juste quatre qu'est-ce qui va advenir des autres [patients]? Et on s'entend que si on veut mêler des problématiques dans la même unité - parce qu'ils parlaient de mettre des [patients en] psycho-gériatrie, dépendance, etc. Je crois que ça peut avoir des répercussions quant aux crises aussi. »

La FIQ demande le gel des travaux des comités

Le résultat de la consultation auprès de la population et des groupes communautaires servira à alimenter les discussions au sein des comités chargés de la transformation de l'unité de santé mentale. Entretemps, la FIQ demande aussi au CISSS de mettre les travaux de ces comités sur la glace.

« Dans le fond, on va s'en servir pour teinter nos interventions lors des comités, poursuit Nancy Moore. On va leur proposer aussi des solutions qui seraient plus acceptables. On demande aussi que les travaux des différents comités soient suspendus en attendant que les principaux concernés, les usagers, soient consultés le 7 novembre. On demande au CISSS que les comités soient arrêtés pour le moment. »

Les consultations auront lieu le 7 novembre prochain, de 18 h 30 à 21 h, à la salle Saint-André à La Sarre.

Le CISSS maintient le cap

Le CISSS a refusé notre demande d'entrevue à ce sujet. Par courriel, il indique qu'il poursuit sa démarche avec ses groupes de travail dont le mandat est d'analyser les besoins de la population de l'Abitibi-Témiscamingue et d'entendre les préoccupations des partenaires, incluant les médecins et les organismes communautaires, et ce, pour l'ensemble de la région.

Plus d'articles