Retour

La GRC sera plus présente dans les communautés autochtones du Québec

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) sera de plus en plus présente dans les communautés autochtones du Québec.

Au cours des dernières années, la GRC a surtout augmenté sa présence dans les communautés autochtones près de Montréal.

Désormais, par son Unité mixte d'enquête sur le crime organisé autochtone (UMECOA), la GRC assurera une plus grande présence dans les communautés des régions.

La caporale au bureau des communications de la GRC, Camille Habel, explique que cette unité travaille avec la Sûreté du Québec et les corps de police autochtones.
« Cette équipe-là est vraiment pour enquêter sur ce qui se passe dans les communautés autochtones au Québec, et c'est vraiment une question de mettre toutes les ressources ensemble pour être plus efficace », indique Camille Habel.

Et d'ajouter que la GRC jouera aussi un rôle de prévention dans les communautés.

C'est d'ailleurs dans cette optique que s'est déroulée la perquisition de jeudi dans la communauté algonquine de Lac-Simon en Abitibi.

« C'est pas une grosse opération de répression à Lac-Simon, du tout. Il y a des projets de prévention, il y a un travail qui se fait vraiment avec la communauté pour les aider à se débarrasser d'un problème de stupéfiants », a-t-elle précisé.

L'enquête concernant la perquisition à Lac-Simon est toujours en cours et aucune personne n'a été arrêtée.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine