Retour

La pénurie de main-d'oeuvre atteint également le secteur forestier

Parmi les nombreux secteurs d'activité touchés par la rareté de la main-d'oeuvre, la foresterie et l'ensemble des métiers associés sont concernés par un manque de travailleurs.

Un texte de Lise Millette

« En foresterie, tous les domaines d'emplois sont recherchés », affirme sans équivoque Benoit Mandeville, ingénieur forestier.

Ces emplois se déclinent à la fois sur le terrain, en aménagement et en planification : techniciens et technologues forestiers, ingénieurs forestiers, ouvriers en production de plan. Faute de trouver, certaines entreprises sont contraintes de prendre des décisions déchirantes.

Des métiers émergents

En plus des métiers traditionnels, la forêt voit naître de nouveaux métiers, comme celui de conducteur de chien de sang. Ce travail, lié à la chasse au gros gibier, consiste à faire appel à des chiens entraînés pour retrouver un animal touché dont on a perdu la trace, comme l'explique Nathalie Dallaire, conductrice de chien de sang.

« Un gibier qu'on récupère, c'est un autre gibier de sauvé. On est rendu 6-7 conducteurs en Abitibi-Témiscamingue. Ce n'est pas beaucoup, on a un grand territoire », affirme-t-elle.

La rareté de la main-d'oeuvre est réelle, mais risque de s'accentuer, selon l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue, qui anticipe un creux de l'indice de remplacement de la main-d'oeuvre en 2022.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un oisillon aide son frère à sortir de sa coquille





Rabais de la semaine