Retour

La permaculture intéresse de plus en plus de gens en Abitibi-Témiscamingue

La toute première Journée de la permaculture en Abitibi-Témiscamingue a attiré 150 personnes dimanche à Amos. La Journée internationale de la permaculture est une initiative australienne lancée il y a 9 ans.Pour sa version abitibienne, les billets ont été vendus deux semaines avant la tenue de l'événement.

Un texte de Marc-Olivier Thibault

La coorganisatrice de l'événement et propriétaire de La lucarne verte, Isabelle Dion, décrit la permaculture comme un ensemble de pratiques qui intègrent l'humain dans l'écosystème sans le détruire.

« Il y a la technique de planter nos végétaux en forêt, en guilde, ensemble plutôt que de planter un pommier tout seul au milieu du gazon. Il y a la technique de compostage de surface », explique-t-elle.

Les participants ont pu faire le plein de nouvelles connaissances et d'informations grâce à de nombreuses conférences.

Il a été question d'alimentation locale, du zéro déchet et d'alimentation écologique.

Gaetane Trudelle d'Amos tenait à assister à l'événement. Dès la première conférence, elle a été ravie de ce qu'elle a pu apprendre. « En fait, ce qui m'intéressait, c'était de un, qu'est-ce que c'était qu'est-ce que ça comprenait. J'ai déjà des arbres à fruits que j'essayais de libérer de toute contrainte (et on a appris que c'est le contraire). C'est ça, il y a des choses que je vais faire différemment », raconte Gaëtane Trudelle.

Plusieurs exposants de la région ont pris part à l'événement afin de faire connaître leurs produits.

Michel Ebacher, copropriétaire de la ferme Espo'art remarque un intérêt grandissant pour la permaculture.

« Oui je ne sais pas si c'est moi qui porte plus attention, mais juste en voyant le nombre de pages Facebook de permaculture, d'autosuffisance, bien, on voit que les gens ont besoin d'un retour à la source », selon le producteur agricole.

La Journée de la permaculture en Abitibi-Témiscamingue est assurée de revenir l'an prochain face à la popularité rencontrée en fin de semaine.

Plus d'articles