Retour

La Piaule : un rehaussement de 291 $ par année pour « soutenir la mission globale de l'organisme »?

291 $. C'est le montant du rehaussement de la subvention gouvernementale octroyée à l'organisme La Piaule de Val-d'Or pour l'année 2017-2018. La directrice et le président de l'organisme qui vient en aide aux personnes en situation d'itinérance déplorent l'absurdité de la situation.

Un texte de Thomas Deshaies

L'opposition a même saisi l'opportunité pour critiquer le gouvernement lors de la période de questions de mardi à L'Assemblée nationale. Le député de Saint-Jean, Dave Turcotte, a d'ailleurs cité un extrait d'une lettre envoyée à la Piaule pour confirmer le rehaussement de sa subvention. Dans celle-ci, on peut y lire que l'organisme obtient une augmentation récurrente de 291 $ pour « soutenir la mission globale de votre organisme et vous permettre de consolider davantage vos actions ».

La directrice générale de La Piaule, Nancy Lahaie, n'en revient pas d'avoir obtenu une si faible hausse de sa subvention gouvernementale. « Ça ne change absolument rien, ça ne paye même pas le quart de mon bill d'Hydro par mois », affirme-t-elle.

Les dépenses pour permettre à l'organisme de continuer à offrir ses services montent en flèche, mais l'appui gouvernemental fait défaut, déplore-t-elle.

Le CISSS-AT s'explique

Le gouvernement du Québec a annoncé une hausse de 10 millions de dollars, en 2017-2018, des sommes allouées au Programme de soutien aux organismes communautaires.

De cette somme, 370 800 $ ont été confiés au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) pour qu'il en fasse la redistribution parmi les organismes de la région. Au total, ce sont 103 des 121 groupes qui ont pu bénéficier de la hausse.

Le CISSS affirme n'avoir fait que respecter les directives ministérielles et avoir collaboré avec les regroupements d'organismes communautaires.

Un montant plus substantiel a d'ailleurs été offert à six organismes reconnus, mais qui n'étaient pas financés jusqu'à présent. La priorité a aussi été de hausser le financement des organismes qui avaient peu d'appui financier par rapport « au seuil plancher ».

Après s'être conformé à ces deux directives ministérielles, il ne restait que 76 000 $ à distribuer aux autres organismes de la région, dont La Piaule.

« Une somme insignifiante d'argent »

À cette explication, Nancy Lahaie rétorque que les sommes octroyées par le gouvernement sont insuffisantes. « L'intention était là, de donner de l'argent à la région, c'est important, mais ce n'est pas parce qu'on est en région éloignée que nos besoins sont moins importants, s'exclame-t-elle. [En disant cela] je tiens compte aussi de tous les organismes de la région qui en arrachent puis qui ont peine à survire. »

Dans une lettre envoyée à la ministre Lucie Charlebois, le président de La Piaule, Stéphane Grenier, estime qu'il s'agit « d'une somme insignifiante d'argent ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine