Retour

La police identifie les deux victimes de l’incendie à Transcona

Deux frères de la Nation Cri de Bunibonibee sont morts de brûlures reçues dans un feu de broussailles survenu le 4 mai à Winnipeg, a déclaré la police municipale.

Les pompiers ont reçu l'alerte vendredi soir vers 23 h 15. Deux hommes souffrant de brûlures graves, Randy et Wendell Robinson, ont été retrouvés dans une zone boisée derrière un magasin de l'avenue Regent.

Ils sont morts plus tard à l'hôpital, affirme Tim Muskego, le Chef de la Nation Crie de Bunibonibee, aussi appelée Oxford House. Il précise que les deux avaient quitté la communauté autochtone depuis un certain temps et qu'ils vivaient à Winnipeg.

La nouvelle de leur mort attriste grandement la famille immédiate des deux frères, ajoute-t-il.

La police de Winnipeg n'a pas donné plus de détails sur cette tragédie, mais elle a qualifié le feu d’« inhabituel ».

D'autre part, un second feu de broussailles près d’un chemin de fer a brûlé une clôture et menacé une maison de retraite de Charleswood le 6 mai. Des enquêtes sont encore en cours dans les deux cas afin de déterminer l'origine des brasiers.

Winnipeg interdit toujours les feux en plein air en raison du temps extrêmement sec.

Un risque accru d’actes pyromanes

Le temps chaud et sec peut entraîner une augmentation des infractions liées aux incendies criminels, rappelle la police de Winnipeg en cette Semaine de prévention contre les incendies criminels.

La police recommande de composer le 311 s'il y a des meubles ou d'autres gros articles jetés dans les poubelles.

La police conseille aussi d'éviter de placer des poubelles ou d'autres articles inflammables devant les maisons, les garages ou les hangars. Il est préférable aussi de sortir les poubelles et le recyclage le jour du ramassage des ordures plutôt que la veille.

Un temps sec inquiétant

La plupart des feux de forêt qui se sont attaqués au Manitoba sont maîtrisés, mais le temps sec et anormalement chaud annoncé pour le début de la semaine oblige les pompiers à rester vigilants.

« Il n'y a pas de feu qui cause des problèmes en ce moment, mais la semaine sera certainement un défi avec les températures extrêmement chaudes », affirme Gary Friesen, directeur du programme de lutte contre les feux de forêt au ministère du Développement durable.

Avec un mercure qui a atteint 30 degrés Celsius et un indice UV de 6, lundi à Winnipeg, le risque qu'un nouvel incendie se déclare est élevé.

Selon Environnement Canada, la température moyenne à cette période de l’année à Winnipeg est de 17,3 degrés Celcius.

La ville de Winnipeg connaît le mois d’avril le plus sec depuis 1988, et arrive au quatrième rang des mois les plus secs depuis 1872.

Lundi dernier, la Municipalité rurale de Piney à déclaré l'état d'urgence en raison d'un feu de 20 kilomètres carrés dans la communauté de Badger, à environ 115 km au sud-est de Winnipeg.

Ce feu est maintenant maîtrisé, mais Gary Friesen affirme que des équipes tentent toujours de détecter les endroits où il pourrait réapparaître à l'aide de caméras à infrarouges.

Des avions-citernes de provinces voisines et des pompiers de Winnipeg sont venus prêter main-forte afin d’éteindre les feux dans le sud-est du Manitoba.

Le ministre de l'Infrastructure, Ron Schuler, explique que l'organisation des mesures d'urgence de la province travaille avec les collectivités afin d'éteindre les brasiers qui se déclarent.

Gary Friesen, de son côté, souligne qu'il y a eu 42 feux de forêt au Manitoba au cours des trois dernières semaines, un nombre qui ne serait pas inhabituel, selon lui.

En 2016 et 2015, la province a été frappée par 202 et 459 feux, selon les données provinciales.

Les trains en cause

Selon Gary Friesen, certains incendies pourraient avoir été causés par des étincelles provenant des trains. Puisqu'une enquête est en cours, il ne peut commenter la cause réelle d’incidents particuliers, mais il précise qu'il y a eu trois feux qui sont survenus près des voies ferrées.

Plus d'articles