Retour

La politique culturelle est bien accueillie en Abitibi-Témiscamingue

Le Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue accueille favorablement la nouvelle politique culturelle dévoilée mardi par le gouvernement Couillard.

Avec les informations de Karine Mateu

Le gouvernement libéral a lancé son plan d'action : une quarantaine de mesures assorties d'une somme de 600 millions de dollars sur cinq ans, comme le prévoyait en grande partie le dernier budget.

Parmi ces mesures figurent une aide plus importante à la création et à la diffusion des oeuvres culturelles, une amélioration des conditions socioprofessionnelles des artistes et l'accès gratuit à des musées un dimanche par mois.

D'autres mesures visent à développer le goût de la culture dès le plus jeune âge.

La directrice générale du Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue, Madeleine Perron, attendait cette politique depuis longtemps.

C'est sûr que c'est une bonne nouvelle, on l'attendait depuis longtemps. On aurait préféré l'avoir plus tôt pour qu'on puisse la mettre en place. Il y a eu des consultations un bout de temps, la politique était prête en décembre dernier et avec le changement de ministre ça a retardé la sortie. Mais ça arrive aujourd'hui avec un budget et c'est très intéressant, se réjouit-elle.

Rappelons que, l'an dernier, l'Abitibi-Témiscamingue a été la seule région à obtenir moins de financement de la part du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

Plusieurs organismes de la région ont vu leur financement diminuer.

Cette nouvelle politique pourrait peut-être remédier à cette situation croit Madeleine Perron.

Actuellement, les sept organismes qui ont été coupés sont en révision de leur financement, dit-elle. Considérant qu'il y a une augmentation potentielle du budget du CALQ, si le dossier se qualifie, ils pourront bénéficier d'une augmentation de financement.

L'Union des artistes a salué l'initiative, soulignant l'importance d'améliorer la réalité socioéconomique des créateurs. L'ADISQ a aussi salué le plan, même si elle réclame une aide d'urgence pour le secteur de la musique. Les partis d'opposition se sont cependant montrés plus critiques, accusant les libéraux d'avoir fait une annonce électoraliste.

Plus d'articles