Retour

La population de l'Abitibi-Témiscamingue augmente faiblement

Le bulletin de statistiques régionales de l'Abitibi-Témiscamingue publié par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) est paru aujourd'hui. On y apprend notamment que la population de l'Abitibi-Témiscamingue est en faible augmentation, que l'industrie minière et l'économie se portent bien et que la culture prend une place plus importante ici que dans la moyenne des régions du Québec.

Un texte de Félix B. Desfossés

Faible augmentation de la population

Marie-Hélène Provençal, chargée de projet à ISQ, a présenté les principaux chiffres publiés par son organisation par rapport à la région au micro de l'émission Région zéro 8. En ce qui concerne la population, elle note « une petite croissance assez faible : 1,7 pour mille si on compare avec la période de 2011 à 2015. Mais on considère que c'est quand même un bilan positif compte tenu des pertes qu'il y a eu dans la région au début des années 2000 », dit-elle.

À titre comparatif, les autres régions ressources du Québec comme la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine ou la Côte-Nord n'enregistrent pas de chiffres positifs.

L'économie, l'emploi et l'industrie minière en bonne position

« L'économie va sommes toutes assez bien », continue Mme Provençal. « Le taux de chômage est de 7 % en 2015, une diminution de 2,2 points par rapport à 2005 et c'est un taux qui est plus bas que le taux du Québec qui est 7,6 % », précise-t-elle.

Les chiffres publiés par rapport à l'industrie minière semblent aussi positifs. Marie-Hélène Porvençal relève que « parmi les régions minières, l'Abitibi-Témiscamingue se classe deuxième en 2015 pour ce qui est des investissements miniers, deuxième pour ce qui est des livraisons minérales et c'est la première région du Québec pour ce qui est de l'emploi dans le secteur minier. » D'ailleurs, 82,6 % des emplois miniers de la région sont liés à l'extraction de l'or.

La culture se démarque

L'Abitibi-Témiscamingue se démarque également en culture. Selon le rapport de l'ISQ, la « région compte ainsi 78,4 établissements culturels par 100 000 habitants, soit un nombre supérieur à celui déterminé pour l'ensemble du Québec (31,3). »

Plus d'articles