Retour

La première communication aux parents repoussée

Les enseignants de près de 140 établissements scolaires en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec ont pris la décision de repousser d'une semaine la remise de la première communication aux parents. Ce geste se veut un nouveau moyen de pression dans le cadre des négociations entre les enseignants et le gouvernement. 

Avec les informations de Vanessa Limage

La première communication rend compte des apprentissages et du comportement de l'enfant en début d'année.

« C'est un moyen de pression qui est utilisé chaque fois qu'il y a des négociations. C'est sûr que c'est un moyen de pression qui vient toucher directement le service aux parents », note le directeur général de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda, Yves Bédard

Les enseignants québécois souhaitent entre autres une réduction du nombre d'élèves par classe et une augmentation salariale.

Le président du syndicat de l'enseignement de l'Ungava et de l'Abitibi-Témiscamingue, Luc Gravel explique que l'objectif de ce moyen de pression est « de mettre en relief que la tâche est vraiment de plus en plus lourde qu'il y a beaucoup de tâches administratives comme celle-là. Puis aussi faut pas se le cacher, un peu perturber au niveau de l'administration de la commission scolaire qui vont devoir réorganiser l'envoi de ces communications-là. »

Des membres du personnel enseignant, professionnel et de soutien de la région tiendront également une journée de grève légale lundi prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine