Retour

La qualité des œuvres soulignée à la 13e BIAM 

La galerie du Rift au Témiscamingue accueille la 13e édition de la Biennale internationale d'art miniature (BIAM) jusqu'au 18 septembre. Le vernissage a eu lieu hier en présence de plusieurs dizaines de personnes, et les prix des artistes gagnants ont également été dévoilés.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Les visiteurs de l'exposition pourront apprécier près 400 œuvres de 200 artistes provenant de 20 pays.

Pour sa première participation, Tali Levesque de Montréal a été surprise d'obtenir la mention sculpture.

L'artiste a réalisé son œuvre il y a 6 ans pour ce même événement.

Elle ne l'a jamais envoyée pour ne pas s'en départir, les œuvres exposés devant être vendues, explique-t-elle.

« Je suis toujours contente quand j'ai un prix, mais c'est loin d'être le but, je ne savais même pas au départ qu'il y avait des prix ou mentions. »

Plusieurs autres artistes ont également obtenu des prix ou des mentions.

Le grand prix a été décerné à l'artiste suisse, Michael Stamp, qui n'a pas pu se déplacer à Ville-Marie.

Des œuvres de grande qualité

La membre du jury, l'artiste de Rouyn-Noranda Véronique Doucet, a souligné la qualité et la richesse des œuvres exposées.

Le président de la corporation du Rift est satisfait de la qualité de l'exposition. Pour Réal Couture, la Biennale est devenue un rendez-vous très apprécié des artistes.

« De plus en plus on établit le nom de la Biennal internationale d'art miniature du Témiscamingue, au niveau de la qualité des œuvres, on sent vraiment qu'il y a une amélioration de ce côté-là », a affirmé Réal Couture.

Plus d'une dizaine d'œuvres ont été vendues dès samedi soir.

Le public pourra également voter pour l'œuvre de son choix. Le Prix du public sera dévoilé en septembre.

Dans les coulisses de la BIAM

La BIAM, c'est environ une année de préparation et des centaines d'heures de bénévolat, explique la coordonnatrice, Christine Brézina.

D'où l'idée de réaliser un documentaire sur les coulisses de l'événement.

« On a deux capsules vidéo qu'on va diffuser qu'on appelle les dessous de la BIAM, qu'on voulait vraiment montrer aux gens comment est faite la Biennale, la réception des œuvres par la poste, déballer près de 400 œuvres, c'est vraiment beaucoup d'heures, le passage du jury aussi, ça, on va mettre ça en ligne sur Facebook, il va jouer au cinéma aussi. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine