Retour

La qualité des soins des patients remise en question par le Conseil central de l’Abitibi-Témiscamingue

Le Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue réitère son inquiétude concernant la qualité des soins dans le réseau de la santé.

Selon le président régional du Conseil central, Giacomo Bouchard, la réorganisation du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) est toujours au cœur des préoccupations du syndicat et les nouvelles mesures viennent contraindre et restreindre la qualité des soins offerts aux patients.

Giacomo Bouchard estime d'ailleurs que le réinvestissement de 100 millions de dollars pour les urgences, annoncé par le ministre Gaétan Barrette la semaine dernière, cache les coupes dans les autres secteurs du domaine de la santé.

C'est bien beau de mettre de l'argent dans le réseau, mais sur le terrain c'est des coupes, du grattage de fond de tiroir. On parle de changer une couche juste si elle est pleine, si elle est à moitié pleine on ne la change plus. Les crèmes d'hygiène commencent à être rationnées, même enlevées dans certains établissements. C'est très inquiétant.

Giacomo Bouchard

Le CISSS-AT réagitLe Centre intégré de santé et des services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) réfute les propos du Conseil central. La direction du CISSS-AT tient à rassurer la population au sujet de la qualité des soins et services offerts dans la région.Il précise qu'en aucun temps, la direction n'a restreint le nombre de culottes d'incontinence. Pour les allégations en lien avec l'utilisation de la crème, le CISSS-AT explique qu'elle peut occasionner des problèmes cutanés lorsqu'elle est utilisée en trop grande quantité. Des consignes ont été émises au personnel afin d'assurer une utilisation adéquate.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine