Retour

La requête de Ressources Strateco rejetée par la Cour supérieure du Québec

Ressources Strateco n'aura pas droit à des compensations pour le refus du gouvernement de lui accorder un permis pour la phase d'exploration de son projet Matoush, un projet d'uranium dans le Nord-du-Québec. La Cour supérieure du Québec a rendu son jugement mercredi en fin d'après-midi.

Un texte d'Angie Landry et Karine Mateu

La minière poursuivait le gouvernement du Québec pour un montant de 200 millions de dollars, soit les 189 millions de dollars qu'elle dit avoir investis dans le projet Matoush ainsi que 10 millions de dollars à titre de dommages punitifs.

Possibilité d'appelLa minière n'a pas voulu commenter la décision rendue par le juge Denis Jacques.Les avocats de Strateco étudient présentement le jugement de 115 pages et évaluent la possibilité de faire appel de la décision.« Le gouvernement envoie un message aux investisseurs », dit L'AEMQ La directrice générale de L’Association d’exploration minière du Québec (AEMQ), Valérie Fillion, dit vouloir examiner le document attentivement avant de commenter le jugement rendu mercredi.

Elle estime toutefois que cette décision enverra un message négatif aux investisseurs potentiels du secteur.

Selon elle, ce jugement va créer un précédent pour les dirigeants des compagnies d’exploration québécoises, « qui vont recevoir des questions de la part des investisseurs de partout dans le monde », dit-elle.

Valérie Fillion déplore toujours la décision du gouvernement Marois d'avoir mis un frein à ce projet au stade de l'exploration. Selon elle, le projet Matoush était encadré par un processus rigoureux.« L’exploration pour l’uranium, et les mines d’uranium, c’est très encadré, notamment au niveau fédéral par la Commission canadienne de sûreté nucléaire. En exploration, les méthodes sont vraiment à la fine pointe, et ce n’est pas de l’inconnu », soutient-elle.

Moratoire imposé par le PQ

Après avoir été l'un des fers de lance du Plan Nord du gouvernement de Jean Charest, le projet uranifère situé à 275 kilomètres au nord de Chibougamau a été freiné par un moratoire sur l'exploration de l'uranium imposé par le gouvernement de Pauline Marois en mars 2013.Le jugement émis mercredi mentionne que Strateco n'a droit à aucune compensation à la suite du refus de délivrance du certificat d'autorisation d'exploration avancée souterraine pour le projet Matoush.Puisque le Tribunal rejette la réclamation, il n'y a pas eu lieu de statuer sur les dommages.

Plus d'articles

Commentaires