Retour

La SAQ de Malartic pourrait fermer ses portes si un nouveau local n'est pas trouvé rapidement

La Société de développement économique de Malartic cherche un nouveau local pour sa succursale de la Société des alcools du Québec (SAQ). Dès le début du mois d'octobre, la SAQ n'aura plus de local dans la municipalité. Le bail de 10 ans entre la SAQ et son locateur, la station-service Pétro-Canada, se termine le 6 octobre et le local ne correspond plus aux exigences de la société d'État.

« On a commencé par faire un appel à tous auprès des entrepreneurs de la ville de Malartic. On a contacté des gens qui sont déjà dans le commerce actuellement qui pourraient être intéressés à jumeler leurs opérations avec celles de la SAQ, des gens qui pourraient intéressés aussi à bâtir simplement quelque chose de nouveau aussi pour accommoder les locaux de la SAQ », explique la conseillère en développement économique pour la Société de développement économique de Malartic, Nancy Désaulniers.

Le maire de Malartic, Martin Ferron, souhaite qu'une solution soit trouvée rapidement. « C'est frais, on a eu l'information mardi matin. On est en pleine démarche, on est au coeur de trouver une solution. C'est certain qu'on ne veut pas perdre le service de la Société des alcools du Québec à Malartic. Ils ne veulent pas non plus quitter, mais on est dans une problématique spéciale qui va peut-être avoir une rupture de services quelques semaines, quelques mois, on va peut-être voir avec la Société des alcools pour avoir un local temporaire, ça s'est vu ailleurs, on s'est informés », affirme-t-il.

L'option d'un local temporaire n'est pas une option envisagée pour le moment par la SAQ. La société d'État rappelle qu'au printemps dernier, elle avait lancé un appel d'offres pour un nouveau local commercial. Elle n'a cependant pas été en mesure de conclure une entente avec une entreprise qui s'était proposée.

La SAQ exige entre autres un local d'une grandeur de 1542 pieds carrés situé au rez-de-chaussée et ayant au moins 10 places de stationnement exclusives.

Plus d'articles

Commentaires