Retour

La venue d'Air Transat à Rouyn-Noranda aura-t-elle réellement un impact sur le prix des billets?

La question du prix élevé des billets d'avion entre les aéroports régionaux et les grands centres est fréquemment soulevée en Abitibi-Témiscamingue. La venue du transporteur Air Transat et l'annonce de sa nouvelle proposition abordable pourrait-elle avoir un impact sur les tarifs imposés par les compagnies aériennes déjà en place?

Le professeur à l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), Mehran Ebrahimi, s’intéresse depuis de nombreuses années à la question des coûts imposés par les transporteurs aériens dans les aéroports régionaux.

Selon lui, le fait qu’Air Transat s’installe temporairement à l’aéroport de Rouyn-Noranda pour offrir des vols plus abordables qu’à l’habitude est synonyme d’une ouverture à la concurrence. « L’impact sur le prix est toujours un élément qui nous intéresse. C’est d’ailleurs un débat auquel tout le Québec prend part, actuellement ». Il explique que plusieurs régions de la province s’inquiètent notamment de l’impact de l’offre aérienne sur le développement régional.

Bémol

Il estime toutefois que l’apparition d’Air Transat au sein de l’offre peut avoir un effet différent sur le plan « pratique ».

En théorie, c’est bien, mais en pratique, c’est un peu plus compliqué. Pour que le prix soit affecté par ces transporteurs, qu’ils puissent rester assez longtemps pour réellement impacter le prix à moyen et long terme, il faut que le marché le justifie.

Mehran Ebrahimi

L’œuf et la poule?

D’une part, c’est l’étendue du marché qui détermine si une compagnie aérienne a un intérêt à s’implanter à long terme dans une région. D’une autre, c’est aussi le prix qu’un transporteur charge qui déterminera si un citoyen désire voyager par avion ou en voiture.

Selon Mehran Ebrahimi, en plus des coûts d’opération, un autre facteur est à considérer dans la portée à moyen ou à long terme d’Air Transat en Abitibi-Témiscamingue.

Le coût logistique, pour s’installer dans une région, est élevé. Alors les compagnies qui sont déjà établies ont déjà les reins solides pour durer plus longtemps que ceux qui arrivent aujourd’hui.

Mehran Ebrahimi

Il ajoute que le bassin de population constitue aussi un obstacle considéré par les compagnies qui envisagent s’installer dans les aéroports régionaux.

Il estime que l’initiative annoncée par Air Transat en décembre sera un pari pour la compagnie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine