Retour

La violence sexuelle faite aux femmes dénoncée en Abitibi-Témiscamingue

Des femmes de partout dans la région ont souligné aujourd'hui la 35e Journée d'Action contre la violence sexuelle faite aux femmes.

Avec les informations de Sandra Ataman

À Rouyn-Noranda, une vingtaine de personnes s'étaient rassemblées à la place de la Citoyenneté pour l'occasion.

Selon l'organisme le Point d'appui de Rouyn-Noranda, seulement 10 % des femmes portent plainte contre leurs agresseurs.

L'intervenante au Point d'appui à Rouyn-Noranda, Mélanie St-Pierre, rappelle qu'il est souvent difficile pour la femme de déposer une plainte contre son agresseur. 

« La réaction de la personne va faire en sorte que oui ou non elle va se dévoiler. Donc si je ne la crois pas et que je la remets en question sur la situation, sur l'événement qu'elle a vécu, et que je la remets en doute, il y a des chances qu'elle s'isole, se renferme avec le problème et le garde pour elle. Le Point d'appui, ça fait 33 ans qu'on existe, ça fait 33 ans qu'on vous croit, qu'on vous accompagne peut importe si vous voulez aller dans le milieu judiciaire ou pas, on est là pour vous accompagner et on va vous croire peut importe », a-t-elle expliqué.

Renée qui a été agressée alors qu'elle était âgée de 5 ans a pris la parole au rassemblement.

Elle a encouragé les femmes qui ont subi des agressions sexuelles à dénoncer leurs agresseurs.

« Je suis libérée, je vis mes rêves, Je peux continuer à être Renée, pas une petite fille qui était toujours cachée en arrière d'un miroir ou dans une garde-robe, qui ne voulait pas sortir vivre dans un monde, incertaine », a-t-elle dit.

Au Témiscamingue, les femmes ont participé à un pique-nique en blanc organisé par le CALACS et la Maison d'Hébergement l'Équinoxe.

L'organisme Assaut sexuel secours de Val-d'Or, a invité les femmes à participer à deux mobilisations éclairs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine