Retour

Lac-Simon : tristesse et entraide après la mort d'un homme de 25 ans tué par un policier

La communauté de Lac-Simon est sous le choc à la suite de la mort de Sandy Tarzan Michel, âgé de 25 ans, tué lors d'une opération policière menée dans la communauté, mercredi soir. Des témoins manifestent leur tristesse, alors que le Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or offre son soutien.

« J'étais traumatisée, lance une femme autochtone rencontrée dans la communauté située à une trentaine de kilomètres de Val-d'Or, qui a assisté aux événements qui ont coûté la vie à Sandy Tarzan Michel. Il y avait beaucoup de monde qui voulait attaquer les policiers, c'était comme une grosse bataille. »

Le drame a choqué et attristé la communauté algonquine, ajoute Lucien Wabanonik.

L'un des membres de la communauté de Lac-Simon, George Wawatie, est aussi attristé par ce drame. « J'ai pleuré, confie-t-il. [Je suis] parti courir avec eux autres puis... [Il y avait] beaucoup de monde... [Ça] fait bobo dans son coeur. J'ai prié pour sa famille, fort dans son coeur pour lui. »

Citoyens réunis

Une centaine de membres de la communauté de Lac-Simon se sont rassemblés jeudi après-midi pour discuter du drame survenu la veille. Des représentants du Conseil de la Nation Anishnabe de Lac-Simon, dont la vice-chef Paméla Papatie, étaient aussi sur place.

Les journalistes ont cependant été priés de sortir de la salle et il n'a pas été possible de recueillir des réactions à l'issue de cette rencontre.

Un communiqué devrait être publié jeudi soir.

Une marche est par ailleurs organisée vendredi après-midi dans la communauté de Lac-Simon. Les membres ressentent le besoin de se rassembler après les événements survenus mercredi soir.

Arrestation de trois hommes

Par ailleurs, trois hommes ont été arrêtés et pourraient faire face à des accusations de menace envers les policiers de Lac-Simon.

Une dame qui n'a pas voulu s'identifier parle de la tension qui régnait dans la communauté hier soir.

Soutien offert par le Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or

Le Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or s'attend à un achalandage plus important au cours des prochains jours de la part des membres de la communauté de Lac-Simon.

Des ressources supplémentaires avaient déjà été mises en place depuis le mois d'octobre au Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or afin de soutenir les membres de la communauté de Lac-Simon, soutient la directrice Édith Cloutier. Des ressources qui avaient été mises en place suite aux allégations par des femmes autochtones de Val-d'Or et des communautés voisines, d'abus sexuels de la part des policiers. 

Édith Cloutier a rappelé que les communautés autochtones du Canada vivent dans des conditions difficiles et que cela peut mener à des drames comme celui d'hier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine