Retour

Lait diafiltré : les producteurs d'Abitibi-Témiscamingue pressent le gouvernement d'agir

Les producteurs de lait et les fromagers de l'Abitibi-Témiscamingue exigent que le gouvernement fédéral agisse rapidement et concrètement au sujet de l'importation du lait diafiltré. Ces derniers dénoncent le contournement des contrôles frontaliers de ce concentré liquide de protéines laitières, qui n'est pas assujetti aux lois canadiennes, aux frais de douanes ou aux standards de fabrication.

Avec les informations d'Angie Landry

Selon le président de l'Union des producteurs agricoles de l'Abitibi-Témiscamingue, Sylvain Vachon, le gouvernement fédéral est bien au fait de cette situation depuis deux ans. Même si le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lawrence MacAulay reconnaît l'existence de la problématique, Sylvain Vachon assure que ce dernier n'a posé aucun geste concret à ce jour.

« Le gouvernement n'a qu'à clarifier ses règles, et le faire immédiatement. Les producteurs sont en attente d'une réglementation claire, pas d'un chèque! D'une réglementation claire, pour pouvoir faire ce qu'ils font le mieux : c'est de faire du lait et de dynamiser des ruralités comme l'Abitibi-Témiscamingue », a-t-il déclaré.

L'utilisation du lait diafiltré par certains joueurs de l'industrie pénalisent ainsi plusieurs producteurs qui se conforment aux règles de fabrication. Le propriétaire de la ferme laitière La Belle Mine à St-Bruno-de-Guigues, Danny Lafond, croit que la présence du lait diafiltré sur le marché menace aussi l'établissement de nouvelles fermes laitières. Il estime qu'il est du devoir du gouvernement de ne pas abandonner les régions.

« C'est clair, net et précis que [le ministre] a dit qu'il y avait un problème là, il faut qu'il le règle, il a dit qu'il le réglerait. C'est juste que là, en ce moment, il se croise les bras et il attend que les producteurs fassent la job eux-autres mêmes, quand c'est la job du gouvernement. Il est payé pour, il travaille pour ça. Et je m'attends à ce que le gouvernement réagisse immédiatement », dit-il.

Au cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Lawrence MacAulay, ont laisse entendre que le gouvernement travaille fort pour répondre aux attentes des agriculteurs et des régions rurales, lesquels sont des éléments majeurs au développement économique du Canada. Ce dossier sur l'utilisation du lait diafiltré importé dans la production de fromage est considéré comme une priorité par le ministre, qui souligne avoir lui-même exercé le métier d'agriculteur et de fermier laitier.

Selon l'UPA, cette situation entraîné depuis un an la fin des activités de 10 % des fermes laitières de l'Abitibi-Témiscamingue.

Pour bien comprendre les enjeux liés à l'importaiton du lait diafiltré, le professeur en agroéconomie Maurice Doyon a offert une entrevue qui fait toute la lumière sur le sujet à l'émission Le Radio-Magazine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine