Retour

« Le 12 août, j'achète un livre québécois », l'Abitibi-Témiscamingue répond présent

Plusieurs citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue participent aujourd'hui à la Journée du livre québécois en se procurant un bouquin écrit au Québec.

L'objectif de cette initiative citoyenne lancée l'année dernière est de faire rayonner la littérature québécoise et de soutenir les auteurs d'ici.

L'un des organisateurs soutient que selon des données reçues du ministère de la Culture et des Communications, l'initiative citoyenne a fait bondir les ventes de livres québécois de 49 % l'année dernière.

Même si le ministère est ravi de l'initiative, Patrice Cazeault souhaite cependant que le geste demeure simple et à la portée de tous. « Ce qu'on souhaite, c'est que ça reste un événement simple, sans fla fla, dit l'auteur de science-fiction jeunesse derrière la série Averia. Je pense que le message passe très bien si ça reste une initiative spontanée et citoyenne. C'est vraiment le public qui se l'approprie, ce n'est pas nous qui tapons avec un marteau sur la tête des gens. Ce que j'invite les gens à faire, c'est d'aller questionner leur libraire, de partir à l'aventure, à la découverte et de se laisser guider par leurs instincts. »

L'embarras du choix

Livres de recettes, livres pour enfants, roman ou poésie, le lecteur a l'embarras du choix. Certains libraires, comme le Boulon d'ancrage et la librairie En marge de Rouyn-Noranda, ont même aménagé des kiosques pour regrouper les ouvrages québécois. L'équipe de libraires de la Galerie du livre de Val-d'Or est même allée jusqu'à préparer des cupcakes pour l'occasion.

Et selon la propriétaire Marianne Côté, le jeu en vaut la chandelle. Elle évalue que ses ventes ont fait un bond d'environ 50 % aujourd'hui. « Habituellement, un mercredi, ce n'est pas la journée où on fait le plus de ventes, compare-t-elle. Mais aujourd'hui, c'est vraiment une belle réussite. Les gens entrent et viennent vraiment pour l'occasion, il y a une effervescence, il y a eu du bouche-à-oreilles de fait. Et on pourrait dire facilement que depuis ce matin, 80 % de nos ventes sont du livre québécois. Et on parle d'enfants de deux ou trois ans jusqu'à des adultes à la retraite. »

Conscience citoyenne

Que ce soit pour offrir en cadeau ou pour son propre plaisir, plusieurs lecteurs ont attendu le 12 août pour faire leurs emplettes. « C'est pour un cadeau pour un enfant, explique Catherine Talbot. J'aime bien les bandes dessinées, je trouve qu'à cet âge-là c'est visuel, donc je cherche dans le Québécois autant que possible. »

Audrey Lamontagne a quant à elle profité de la Journée j'achète un livre québécois pour se procurer le dernier Amélie Dubois, une auteure qu'elle a rencontrée au Salon du livre et qu'elle apprécie beaucoup. C'est d'ailleurs cette dernière qui l'a mise sur la piste de la tenue de la journée. « Je la suis sur Facebook et j'ai vu que c'était aujourd'hui, c'est comme ça que je l'ai su, dit celle qui trouve aussi important de préconiser l'achat local. Je n'attendais pas nécessairement cette journée-là, mais j'en profite! »

Plus de 12 000 internautes, certains même d'outre-mer, ont indiqué qu'ils participeraient à l'événement « Le 12 août, j'achète un livre québécois » sur Facebook. Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs partagé des photos de leurs achats sur la page.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine