Retour

Le CALQ ne tient pas compte des réalités régionales, dénonce François Gendron

Le député d'Abitibi-Ouest, François Gendron, s'insurge contre l'abolition d'une subvention du Conseil des arts et des lettres (CALQ) de 126 000 $ à la Ville de La Sarre. Il estime, à l'instar de la municipalité, que le Conseil a appliqué une grille d'analyse qui ne tient pas compte des particularités du territoire.

François Gendron affirme pourtant avoir abordé la question avec le ministre de la Culture, Luc Fortin, récemment.

« Je lui ai demandé de lire le document qu'il envoie pour la deuxième année. Luc m'a promis de le lire. Il dit : « vous avez raison mais là, que veux-tu, on est en révision de paramètres ». Je le sais, c'est ce que je viens de te dire. Arrête d'appliquer les mêmes paramètres à toutes les régions du Québec. »

Dans une lettre envoyée à François Gendron, la municipalité de La Sarre mentionne que le CALQ lui a affirmé qu'elle n'offrait pas assez de diversité culturelle dans sa programmation.Rencontre à prévoir

Le Conseil des arts et des lettres du Québec refuse de commenter directement cette décision.

La présidente directrice générale, Anne-Marie Jean, a toutefois mentionné que le Conseil tient compte des différences entres les régions dans ses analyses.

« Les gens ont peut-être tiré certaines conclusions parce que oui, il y a des critères qui sont les mêmes pour tout le monde, mais bien sûr, on tient compte des particularités régionales au moment d'évaluer les projets. Les organismes et les membres des jurys sont parfaitement informés de cette considération très importante. Donc, on n'évaluera pas le point de la diversité de la même façon à Montréal qu'à Rouyn-Noranda », a-t-elle spécifié.

Des représentants du CALQ seront dans la région la semaine prochaine pour rencontrer des acteurs du milieu culturel.

Le Conseil souhaite accompagner les organismes dans la présentation de leurs demandes pour l'an prochain.

Certains dossiers pourraient être réévalués.

Plus d'articles

Commentaires