Retour

Le CISSS-AT tend la main aux élus pour le maintien des services de proximité

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) annonce la mise en place d'une nouvelle instance de concertation avec les élus de la région pour assurer le maintien des services de proximité dans toutes les municipalités.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le président-directeur général, Jacques Boissonneault souhaitait faire cette annonce avant de quitter ses fonctions la semaine prochaine. Il affirme que les services de proximité sont maintenant la priorité du CISSS-AT. « Ce sont des valeurs profondes chez nous alors aujourd'hui, on voulait attacher tout ça avant que je quitte, mais aussi pour donner le ton pour la suite des choses », explique M. Boissonneault.

Il assure être conscient qu'il y a actuellement un effritement des services dans les petits milieux. Il constate que l'état de santé des personnes vivant dans ces milieux se détériore aussi. Les ruptures de services vécus notamment au Témiscamingue, à La Sarre et à Senneterre en sont des exemples concrets.

« Dans le cas de la rupture médicale, on est encore à la merci d'un système de garde avec des dépanneurs, mais l'objectif est de régler ces situations-là une fois pour toutes et c'est en travaillant ensemble qu'on va le faire », plaide-t-il.

Une décision saluée par les élus

La création d'une instance de concertation permettra à des élus de la région d'avoir leur mot à dire. Une nouvelle qui réjouit les élus de la région. préfet de la MRC du Témiscamingue, Arnaud Warolin, et le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte.

« On s'est souvent plaint qu'on n'était pas au courant, qu'on n'était pas informé, fait valoir le préfet de la MRC du Témiscamingue, Arnaud Warolin. Aujourd'hui il y a un message clair du conseil d'administration qui dit qu'on en fait une priorité des services de proximité. »

« Il faut continuer à les revendiquer ces services de proximité et surtout s'assurer qu'au gouvernement du Québec, il n'y aura pas de la centralisation à outrance qui au fil des années nous ont pénalisées », renchérit pour sa part le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte.

Le nom de la personne qui remplacera Jacques Boissonneault sera dévoilé la semaine prochaine par le ministère de la Santé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine