Le jury a entendu deux témoignages aujourd'hui au procès de Justin Bresaw, au Palais de justice de Val-d'Or : celui d'un technicien en scènes de crimes de la SQ ainsi que celui du frère de Justin Bresaw. Rappelons que M. Bresaw est accusé du meurtre au premier degré de René Deschatelets et de sa conjointe Diane Duhaime. Il fait aussi face à une accusation de meurtre au 2e degré de Jean-Guy Labelle.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Le technicien en scènes de crimes de la Sûreté du Québec a d'abord témoigné. Il a expertisé une Honda Civic bleue retrouvée dans un boisé près de Havloc, à quelques kilomètres de la frontière américaine, trois jours après les événements. Photos à l'appui, le policier a expliqué qu'un document portant l'identité de Justin Bresaw a notamment été retrouvé à l'intérieur du véhicule.

L'emballage d'une boussole a aussi été retrouvé à proximité de la voiture, parmi d'autres morceaux de papier.

Avant de faire entrer le deuxième témoin, le procureur de la couronne, Thierry Potvin, a fait admettre certains éléments de preuve, notamment le fait que de la gazoline a été utilisée dans l'incendie et que les résultats de prélèvements ADN effectués sur des bouteilles trouvées dans la Honda Civic coïncident avec celui de Justin Bresaw.

Le frère de l'accusé a ensuite été appelé à la barre des témoins. Dylan Bresaw a expliqué qu'il avait reçu la visite de son frère, le jour des événements, le 17 septembre 2012, vers 17 h. Justin Bresaw lui aurait demandé d'utiliser son téléphone pour appeler son père.

Les deux frères ont par la suite soupé ensemble et Dylan, qui a été mécanicien, a brièvement inspecté la Honda Civic bleue dans laquelle Justin Bresaw était arrivé. Justin Bresaw aurait à ce moment confié à son frère que le monde le rendait fou, ce qui n'a pas surpris Dylan Bresaw, qui a décrit son frère comme quelqu'un qui a des comportements étranges, qui est renfermé et qui a de la difficulté à garder un emploi ou un appartement longtemps.

Dylan Bresaw dit qu'il évitait de confronter son frère, qu'il maintenait une certaine distance envers lui et qu'il ne voulait pas qu'il soit seul avec sa famille.

Lors du contre-interrogatoire de la Défense, Dylan Bresaw a mentionné que son frère avait été hospitalisé plusieurs fois pour des questions de santé mentale, qu'il s'était fait prescrire des médicaments à plusieurs reprises, mais qu'il ne savait pas s'il les prenait.

Les témoignages se rapprochent de plus en plus du débat que le jury aura à trancher, à savoir si Justin Bresaw peut être reconnu criminellement responsable dans le dossier.

Plus d'articles

Commentaires