Retour

Le hockey ne commencera qu'en octobre au Témiscamingue

Au Témiscamingue, les sportifs n'auront accès aux glaces qu'au mois d'octobre. Mis à part l'aréna de Témiscaming qui ouvre lundi, celles de Ville-Marie, Guigues et Notre-Dame-du-Nord ne seront prêtes qu'un mois et demi après. La situation crée de la frustration chez les utilisateurs.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Les passionnés de glace du Témiscamingue doivent patienter un mois avant de pouvoir commencer à pratiquer leur sport. C'est le cas de deux enfants de Jean-François Trahan de Ville-Marie. « Il y a beaucoup d'enfants qui ont soit la passion du patin, soit la passion du hockey, puis on les brime un peu », déplore-t-il. Selon lui, les habiletés sportives des enfants de la région seront affectées. « Un jeune qui a eu juste 10 heures de temps de glace, comparativement à un jeune qui a eu 20 heures de temps de glace, veut veut pas, tu vas être en avance », rajoute-t-il. 

L'Association de hockey mineur du Témiscamingue croyait commencer la saison tôt. Avec l'ouverture tardive des arénas cette année, le président Martin Gaudet craint de ne pas être prêt pour le début de saison. Selon lui, l'association régionale pourrait exclure le Témiscamingue si la situation perdure. « Si nous ne sommes pas capables de respecter les règles exigées par Hockey Abitibi-Témiscamingue, peut être que nous allons parler de l'exclure de l'association », explique-t-il. 

Les coûts

À Notre-Dame-du-Nord, le maire affirme que sa clientèle n'est pas dérangée par la situation. Alain Flageol est prêt à ouvrir plus tôt, si telle est la demande. « C'est une question de coûts. [Pour] ouvrir plus tôt, il nous faut une bonne clientèle », estime-t-il. 

Le maire de Ville-Marie, Bernard Flébus, rappelle que l'aréna de sa municipalité a toujours ouvert ses portes en septembre par le passé, mais, selon lui, la situation budgétaire de la municipalité ne le permet plus.

Selon l'Association de hockey mineur du Témiscamingue, il y a de moins en moins de joueurs en région. Cette année, on dénombre 135 inscriptions. 

En entrevue à l'émission Des matins en or, Bernard Flébus a expliqué que la situation a également des implications politiques.

Voici l'entrevue complète.

Plus d'articles

Commentaires