Retour

Le mauvais temps peut créer de la détresse psychologique chez les agriculteurs

Selon le président de l'Union des producteurs agricoles (UPA) de l'Abitibi-Témiscamingue, la température est l'une des causes de détresse chez les fermiers.

L'UPA a été récompensée pour ses efforts en prévention du suicide, après avoir formé 600 sentinelles pour repérer des signes de détresse.

Le responsable de ce dossier, Pierre-Nicolas Girard, fait état d'un taux exacerbé de comportements suicidaires sur les fermes. Il dit avoir fait appel aux vétérinaires, aux comptables et aux camionneurs, entre autres, pour identifier les agriculteurs aux prises avec des problèmes de santé mentale, les référer aux ressources adéquates et les soutenir d'ici à ce que des spécialistes prennent la relève.

Selon le président régional de l'UPA, Sylvain Vachon, le travail en région a commencé depuis des années avec des travailleurs de l'UPA, qui ont été formés pour détecter les signes de détresse chez les fermiers.

« Regardez le printemps qu'on a eu, ça fait de la pression. Quand tu as fait tout le travail que tu devais faire, tu arrives pour semer et tu n'es pas capable de semer. Ça crée une pression inimaginable. Monsieur et madame tout le monde se plaignent de la température, mais ce n'est pas le gagne-pain qui en dépend, nous c'est notre gagne-pain et on ajoute à ça l'isolement, on ne travaille pas en équipe, on travaille chez nous », explique Sylvain Vachon.

Au Témiscamingue, l'UPA cherche du financement pour engager une sentinelle qui va pour sillonner les rangs et tenter de détecter les signes de détresse chez les fermiers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine