Retour

Le ministre Geoffrey Kelley lance un appel au calme à Val-d'Or

Le ministre responsable des Affaires autochtones québécoises, Geoffrey Kelley, s'est rendu à Val-d'Or dimanche. Il était accompagné de Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique. Sur place, le ministre Kelley a lancé un appel au calme.

Les deux ministres ont rencontré plusieurs responsables locaux, dont le maire Pierre Corbeil, le député d'Abitibi-Est Guy Bourgeois et des chefs de communautés autochtones, dans la foulée des révélations de l'émission Enquête sur les femmes autochtones. Ils ont aussi fait appel au député fédéral d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Roméo Saganash, à des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux, et à Édith Cloutier, directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or. 

Voici le bilan qu'il dresse de son passage :

Le ministre Kelley lance un appel au calme

Selon le ministre Kelley, les allégations envers les policiers de Val-d'Or sont très sérieuses. Il ajoute que les différents intervenants doivent travailler à rétablir une relation de confiance.

De plus, il lance un appel au calme afin d'éviter des tensions entre les citoyens.

Geoffrey Kelley ajoute avoir besoin de l'aide des chefs des communautés autochtones afin de trouver des solutions. « On ne peut pas faire ça seul, dit-il. J'ai besoin de l'appui, j'ai besoin des conseils des chefs pour m'aider à trouver de bonnes solutions durables aux enjeux qui ont été soulevés entre autres par l'émission de jeudi soir, mais les enjeux qui étaient déjà présents dans notre société. »

Le ministre ajoute que plusieurs collaborations sont à prévoir. « Je pense qu'il y a une bonne volonté de tous les intervenants que nous avons rencontrés, soit au niveau municipal, soit au niveau de la santé, soit au niveau des Autochtones, de trouver les façons de travailler ensemble et c'est ça la voie prometteuse pour l'avenir », estime-t-il.

Une enquête publique québécoise?

Dimanche, les deux partis d'opposition provinciaux demandaient qu'une commission d'enquête publique soit mise sur pied par le gouvernement québécois le plus rapidement possible. La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, s'est faite prudente, disant préférer qu'Ottawa s'en charge, comme l'a promis le premier ministre désigné, Justin Trudeau. 

En entrevue sur les ondes d'ICI RDI, le ministre Kelley n'a pas fermé la porte à une enquête publique.

La ministre Charlebois veut s'assurer que les bons services soient déployés

La ministre déléguée à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique, Lucie Charlebois, a profité de son passage à Val-d'Or pour s'assurer des services soient déployés pour venir en aide aux personnes qui en font la demande à la suite des révélations du reportage d'Enquête.

« On est venus dans une optique d'écoute, assure-t-elle. Prendre en note ce que les gens avaient à nous dire, mais aussi voir quels sont les services qui sont déjà déployés et comment on peut améliorer la chose. Et là, on va retourner à Québec travailler avec nos collègues de la Sécurité publique et de la Justice, M. Kelley et moi, pour s'assurer qu'on a les bons services aux bons endroits parce qu'on constate bien qu'on a une population ici à Val-d'Or qui est en état de choc. »

Guy Bourgeois demande à la population de cohabiter paisiblement

Pour sa part, le député d'Abitibi-Est Guy Bourgeois croit que la communauté valdorienne doit continuer de travailler pour resserrer les liens entre les Autochtones et les non-Autochtones. « Je réitère le message aussi : on fait appel à la population pour s'assurer... on a une cohabitation qui démontré au fil du temps qu'elle était viable. On doit la rétablir. S'il y a des lieux ou des situations où les gens sont inquiets, on a des gens qui vont travailler avec eux pour s'assurer de garder un climat qui est tout à fait opportun dans le comté », affirme-t-il.

La Piaule

Le président du conseil d'administration de La Piaule, Stéphane Grenier, affirme que le ministre était surtout venu prendre le pouls des gens qui sont sur le terrain et qu'il a écouté les solutions proposées pour résoudre la crise. « J'ai suggéré différentes solutions au ministre. Il était question de logement social, de projets avec la police, de projets de recherche, d'ouverture de centres de jour, il était question d'hébergement d'urgence, plusieurs solutions...J'ai bon espoir qu'il y aura des mesures qui soient mises en place », a-t-il indiqué.

Stéphane Grenier croit qu'il y a une volonté d'agir du gouvernement dans ce dossier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine