Retour

Le projet de cabanes dans les arbres à Val-d'Or prend forme

Le projet d'hébergement écotouristique de cabanes dans les arbres, intitulé Entre Lemoine et l'arbre à Val-d'Or devient de plus en plus concret.

Un texte de Thomas Deshaies

Le site sera situé en forêt, non loin du camping Sagittaire, et au bord du lac Lemoine. Chacune des six cabanes, qui pourront accueillir entre 8 et 10 personnes, sera munie de toilettes à compost et de panneaux solaires.

Contrairement à ce qui avait été précédemment envisagé, les cabanes ne seront pas perchées dans les arbres, mais plutôt construites sur des pilotis. Elles posséderont chacune une thématique particulière.

Les arbres qui ne sont pas assez gros n'auraient pu supporter le poids des infrastructures, selon l'entrepreneur général associé au projet, Jean Martinoli. Selon lui, le secteur a peut-être fait l’objet d’une coupe par le passé et les arbres ne sont donc pas assez matures.

« On va toutefois utiliser la forme du terrain. Il y a beaucoup de petites falaises et on pourra les accoter sur un cap de roche, par exemple », ajoute-t-il.

Ouverture à l’automneLes promoteurs du projet sont en attente de l'obtention du bail d'utilisation des terres publiques, puisque le projet est situé sur des terres appartenant à l'État. La construction devrait toutefois débuter dès cet été, pour une ouverture prévue à l'automne 2018.« Au lieu d'aller trouver des investisseurs privés, une entreprise, on voulait permettre que chaque personne puisse faire partie du projet. »Une campagne de sociofinancement a été lancée mardi matin et l'objectif est de récolter 50 000 $. En échange d'une contribution, les citoyens auront droit à des avantages, dont des rabais ou une nuitée gratuite.

Même si l'objectif n'était pas atteint, cela ne remettrait pas en cause le projet, assure Alex Duchainy.

Le bois à l’honneurLe bois est mis en valeur dans la conception du projet, qui se veut respectueux de l'environnement, selon M. Martinoli.

« Si on doit couper, on va couper le minimum pour faire des [chemins] d'accès, explique-t-il. On va faire attention à la nature, on va tout recycler. Il y aura le moins de déchets possibles dans la nature, parce que moi-même je suis un amoureux du bois », avoue-t-il.

Une seule des cabanes sera munie d'électricité, alors que les autres fonctionneront avec des sources d'énergie alternatives, pour permettre un accès durant toutes les saisons de l'année.Esprit de communautéL'esprit de communauté et de partage est au cœur de ce projet d'hébergement alternatif, selon l'un des associés, Aksel Nielsen-Kolding. Le tarif se veut abordable pour les familles, et des événements culturels seront organisés sur le site.

« On veut amener les gens à découvrir quelque chose de nouveau, sortir de la zone de confort qui est du camping ou qui est dans un hôtel ou dans un chalet directement, mentionne-t-il. C'est un style complètement différent d'hébergement, on pense que les gens de l'Abitibi vont apprécier cela. »Un tel projet qui sort des normes peut susciter certains doutes, mais les promoteurs du projet sont confiants qu'il y a un public en attente d'initiative comme la leur. « Tout le monde était réceptif à l'idée, puisque ce n'est pas quelque chose qui existait, mais c'est sûr que les risques sont présents, concède l'un des associés, Alex Duchainy. Mais les solutions se trouvent rapidement [lorsqu'il y a des embuches] », dit M. Nielsen-Kolding.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité