Retour

Le Refuge jeunesse de Malartic doit couper un poste d'animateur, faute de financement

Le Refuge jeunesse de Malartic se voit contraint de remercier un animateur faute de financement. La maison des jeunes sera donc ouverte cinq soirs par semaine. Le manque à gagner est de l'ordre de 7000 $ pour cette année.

Les jeunes vont perdre un animateur et un ami

La directrice, Brigitte Bélanger, a lancé un cri du coeur dans une lettre ouverte publiée dans les médias sociaux. « Au-delà des sous, au-delà de l'argent, ces jeunes-là perdent un ami et c'est un ami avec qui ils vivent, dans le fond, leur vie de tous les jours comme adolescents - parce que quand tu passes 30 heures, 35 heures semaines avec ces jeunes-là, il y a des liens qui se créent. On joue, on rit, on pleure, mais aussi il y a tout l'aspect des problématiques que les ados de différents milieux peuvent rencontrer dans leur adolescence et les animateurs du Refuge jouent un rôle super important là-dedans » affirme-t-elle.

Mme Bélanger précise que la Ville de Malartic et Centraide Abitibi-Témiscamingue ont réduit leurs contributions au Refuge jeunesse de Malartic.

La Ville de Malartic dit devoir faire des choix

La Ville de Malartic confirme qu'elle a diminué sa subvention au Refuge de 7000 à 5000 $ par année. Le Refuge jeunesse n'est pas le seul organisme supporté par la ville qui reçoit une moins grande subvention municipale cette année.

Bien que les revenus de Malartic aient augmenté depuis l'arrivée de la mine Canadian Malartic, le maire Martin Ferron explique que la municipalité doit faire des choix. « Oui, on a dû quand même être ingénieux, même si on a eu des entrées d'argent, parce qu'on a eu quand même des coupures, parce qu'on les avait investis ces argents-là dans nos infrastructures. Oui, nos finances vont bien, mais on doit quand même être vigilants et s'assurer qu'on est dans l'équilibre budgétaire », fait valoir M. Ferron.

Le budget de la Ville de Malartic est passé de 5,8 millions en 2009 à 9,4 millions en 2016. Le budget 2016 est toutefois inférieur à celui de 2015 qui s'établissait à 9,9 millions de dollars.

Centraide se désole de la situation

Centraide Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec a aussi réduit sa subvention à l'organisme en 2014. Les montants accordés sont passés de 16 000 à 12 800 $.

La directrice générale de Centraide Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, Marie-Pier Brunet, explique qu'elle doit composer avec les dons recueillis au cours de l'année. « Les organismes nous expliquent leur situation. Ils ont de la difficulté. Ils sont toujours en train de trouver des situations miraculeuses pour essayer de faire de l'argent avec peu, et de faire de l'argent, de faire des activités pour pouvoir aider leurs membres avec le peu de ressources qu'ils ont mais, nous, c'est aussi pour nous, pour les bénévoles, c'est déchirant aussi à Centraide de devoir diminuer les montants accordés à ces organismes-là, mais on en a pas plus, alors on ne peut pas en faire plus non plus », se désole-t-elle.

En 2015, Centraide a amassé 780 000 $ dans la communauté. En 2010, près de 955 000 $ avaient été recueillis.

Il y a trois ans, le Refuge avait réduit ses heures d'ouverture pour passer de sept soirs à six.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine