Retour

Le Rouynorandien Jérémie Monderie-Larouche nommé au C.A. de Télé-Québec

Jérémie Monderie-Larouche, cinéaste et président-directeur général des Productions Balbuzard, siège maintenant au conseil d'administration de Télé-Québec en tant que membre indépendant. Il a été nommé officiellement le 17 janvier dernier.

Une grande expérience dans le domaine

Au début de la trentaine, M. Monderie-Larouche a déjà un C.V. impressionnant. Il est diplômé de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) en multimédia. Il a fait partie du conseil d'administration de l'UQAT. Il s'est impliqué au sein de la Chambre de commerce de Rouyn-Noranda. Il a travaillé avec le Festival du Documenteur, en plus de s'impliquer dans les domaines des nouvelles technologies et de l'éducation. Il est d'ailleurs le neveu du documentariste Robert Monderie.

« Il y a un an, un an et demi, j'ai reçu un téléphone d'Alexis Deschênes, ancien journaliste de Radio-Canada [...] Il m'a dit :"J'ai une place en région, j'ai fait des recherches et tu sembles être un candidat parfait pour nous, est-ce que ça t'intéresse?" J'ai répondu que ce serait un grand honneur. Ça a été un processus d'environ un an, question de rencontrer le président directeur général », relate Jérémie Monderie-Larouche.

Les régions et la révolution numérique

Le nouvel administrateur se dit foncièrement « prorégion ». Il veut donc être la voix de celles-ci au sein du conseil et souhaite être la courroie de transmission des défis à relever pour les cinéastes et producteurs en Abitibi-Témiscamingue. Les enjeux liés à la révolution numérique des médias amène une nouvelle réalité qu'il compte refléter amener au sein des discussions. « Le monde de la télé et de la production comme telle est en grand changement, comme tout le monde le sait, souligne-t-il. Pour les régions, il y a de très grandes fenêtres d'opportunités comme de très grands défis. Il faut saisir ces opportunités-là, il faut être attentifs. »

Télé-Québec compte 11 administrateurs au sein de son conseil. Pour ses nominations, le gouvernement tient d'abord une consultation d'organismes que le ministre considère représentatifs des milieux concernés par les activités de la société et tient aussi compte des profils de compétence et d'expérience qui doivent être approuvés par le conseil. Trois des administrateurs doivent provenir de diverses régions du Québec, autres que celle de Montréal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fume un joint?