Retour

Le soir où Duke Ellington est venu jouer à Rouyn-Noranda

C'était une légende locale : le grand Duke Ellington aurait joué à Rouyn-Noranda, au club Casa Loma, « dans le temps ». À l'évocation de cette lubie, certains sourcillaient. D'autres entretenaient le mythe. Aucune preuve ne permettait d'affirmer que « The Duke », un géant l'histoire du jazz, ait bel et bien foulé le sol rouynorandien... jusqu'à aujourd'hui.

The Duke

« Duke Ellington, c’est un musicien noir. C’est probablement l’un des plus grands jazzmen de tous les temps. Duke Ellington avait ceci de particulier, c’est qu’il avait tout de même des études en musique. Il écrivait des arrangements, des orchestrations incroyables. Il a marqué l’époque des années 30-40. Ils venaient ces gars-là avec des big bands. Ils étaient 15 musiciens sur la scène. C’était vraiment des grosses tournées », décrit Jacques Marchand, directeur artistique et chef de l’Orchestre symphonique régional (OSR) de l’Abitibi-Témiscamingue.

En effet, Ellington aurait plus d’un millier de compositions originales à son répertoire, dont un grand nombre ont fait école, devenant des standards. Ellington et son orchestre ont façonné le son jazz des « big bands » ainsi que donné un élan au swing. Le géant a été actif musicalement durant un demi-siècle.

La recherche d'archives dans différents journaux locaux et la découverte de publicités et articles relatant le passage d'Ellington dans la région permettent aujourd'hui de prouver qu'il s'est bel et bien arrêté dans les villes jumelles.

À Noranda, la part de vérité

29 mai 1949. Duke Ellington ne devait pas être impressionné quand il est arrivé devant l’aréna de tôle de Noranda. Le futur Centre récréatif – aujourd’hui l’aréna Iamgold – n’était pas encore construit. En ce dimanche de la fête des Mères, il n’y avait vraiment rien pour écrire à sa mère dans cette petite ville minière.

Les trois heures de route cahoteuse entre North Bay et Noranda ont-elles valu le déplacement? Hamilton, Toronto, Sudbury, Sault-Sainte-Marie, North Bay, Noranda, Schumacher (Timmins)… trouvez l’erreur. Noranda : seule ville du Québec visitée par Duke Ellington et son orchestre dans le cadre de cette tournée ontarienne.

20 h 30. Le spectacle doit commencer. L’aréna est dépourvu de gradin et de banc. Au centre de la patinoire, quelques centaines de personnes, debout, éparses. Ils sont 300, tout au plus, à s’être déplacés pour entendre The Duke et ses musiciens.

La promotion peut-elle avoir fait défaut? La première mention du spectacle dans les journaux locaux apparaît le 19 mai, soit une dizaine de jours avant l’événement. Il s’agit d’un encadré publicitaire paru en français dans La Frontière et en anglais dans le Rouyn-Noranda Press. L’hebdomadaire anglophone a aussi publié une biographie de l’artiste. Pour un concert de cette envergure, on pourrait s’attendre à davantage d’efforts promotionnels. Avouons aussi qu’en 1949, la carrière de Duke Ellington n’était plus aussi reluisante qu’elle ne l’avait été quelques années auparavant.

Bref, dans cet aréna qui ressemble étrangement à une grange, il fait froid et humide. Ces conditions sont « extrêmement inconfortables à la fois pour le groupe et pour le public », notait le Rouyn-Noranda Press, le 2 juin 1949, revenant sur l’événement.

One and two and three and four! Le spectacle commence. Creole love call, You oughta, Suddenly it jumped, She wouldn’t be moved, Symphomaniac or bust… l’ambiance est excellente selon le Rouyn-Noranda Press. Les musiciens de l’orchestre de Duke Ellington sont exceptionnels. Parmi la panoplie de grands noms du jazz américain qui sont sur scène, citons Johnny Hodges, saxophoniste alto d’une importance capitale pour l’époque des « Big bands », et Al Killian, trompettiste swing ayant accompagné certains des plus grands noms de l’époque, dont Count Basie et Charlie Parker.

Après un entracte, l’orchestre entame la deuxième partie du spectacle avec la chanson « signature » de Duke Ellington, Take the A train. Hodges a l’occasion de présenter sa composition Brown Betty alors que le violoniste Ray Nance, muni d’un stradivarius, interprète les pièces Humoresque et Just a-sittin’ and a-rockin’.

Selon le journaliste non identifié du Rouyn-Noranda Press, la deuxième partie est marquée par l’interprétation de quatre pièces par le chanteur non-voyant Al Hibbler. Il interprète Don’t be mean to me, baby, Lover come back to me, Do nothing ‘til you hear from me et It don’t mean a thing (If it ain’t got that swing).

Le spectacle de plus de deux heure se termine avec l’interprétation d’un medley de cinq des plus grands succès de Duke Ellington, dont Caravan à la toute fin. Au cours de la prestation, les musiciens sont maintes fois ovationnés.

À Rouyn, la part du mythe

Selon la légende qui circulait, c’était au club Casa Loma de Rouyn que le concert avait eu lieu. On sait maintenant que ce n’est pas le cas. Mais il semble qu’Ellington et sa bande aient visité le prestigieux club qui se situait à la sortie sud de Rouyn. Norm Connelly, qui y travaillait comme placier de 1946 à 1949, se souvient que son patron, Jack Kentish, lui ait souligné le passage du Duke. Il est possible que les musiciens aient décidé d’aller y descendre quelques rafraichissements après le concert.

Le fondement de cette anecdote est renforcé par le fait qu’Aimé Mignault, patriarche des musiciens de Rouyn-Noranda et fondateur du magasin Mignault Musique, ait raconté une histoire semblable à Jacques Marchand de l’OSR. M. Mignault affirmait avoir acheté le piano du club Casa Loma, citant qu’Ellington avait joué sur l’instrument, tout comme Liberace et Eddy Duchin.

Un piano et ses vibrations historiques

Jacques Marchand avait environ 20 ans. Il a acheté le piano en question de M. Mignault. Le superbe instrument trône aujourd’hui au milieu de son salon. Une aura de grâce et de mystère en émane encore.

The Duke a-t-il interprété quelques pièces au Casa Loma après avoir joué à l’aréna? Ou aurait-on plutôt déplacé le piano du Casa Loma à l’aréna de Noranda afin que le musicien puisse en jouer lors du concert? Ce n’est pas aujourd’hui que le voile sera levé sur cette part de la légende.

Pour Jacques Marchand, ce piano Mason & Risch fabriqué au début du siècle dernier retient des vibrations des nombreux artistes de talent qui l’ont fait résonner au Casa Loma. « On dirait que dans les instruments de musique, il reste une partie de l’âme des musiciens. La même chose dans les violons, dans les instruments en bois. On les prend et il y a une vie qui est déjà installée dedans. Et ce piano-là, il a vraiment une vie », ressent-il.

« Espoir rétroactif »

D’ailleurs, pour le directeur de l’Orchestre symphonique régional, le passage du géant du jazz qu’est Duke Ellington à Rouyn-Noranda confirme la présence précoce d’une forte énergie culturelle locale et surtout d’un espoir, d’une foi dans un destin régional.

« Ça veut dire que les gens croyaient déjà dans la région pour être capables de prendre le risque de faire descendre Duke Ellington qui était quand même une vedette internationale à l’époque. Ce n’était pas juste aux États-Unis. On le voyait partout, souligne-t-il. C’est un monument ce personnage-là. C’est dans les grands musiciens de jazz comme on n’en verra peut-être plus aujourd’hui. C’est un espoir rétroactif, je dirais. »

Plus d'articles