Retour

Le succès scolaire célébré au Gala Mëmëgwashi

Pour une 16e année, le Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or (CAAV) a célébré la réussite éducative et la persévérance scolaire des étudiants issus des Premières Nations.

Un texte de Lise Millette

Le Pavillon des premiers peuples de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) a souligné le parcours de plus de 200 jeunes du préscolaire jusqu'aux diplômés postsecondaires.

À Val-d'Or, 215 jeunes autochtones ont convergé samedi vers l'UQAT, pour le Gala Mëmëgwashi.

Noah Brazeau et Laïka-Louve Wiscutie, âgés de 9 ans, avaient mis leurs beaux habits pour l'occasion. Encore un peu timides, ils étaient contents d'avoir paradé.

« Ils ont nommé mon nom, je suis allé en avant, tranquille. J'ai essayé de ne pas être gêné. On apprend beaucoup de choses, on se fait des amis. J'aime ça apprendre » a dit Noah Brazeau.

Pour Roméo Poucachiche et sa conjointe Charlène Brazeau qui sont venus avec leurs quatre enfants, il s'agissait d'un moment de fierté qu'il ne fallait pas rater.

« Je suis content de les voir monter sur stage. Je suis fier d'eux autres. On collectionne leur photo, leur petit diplôme. Avant, ce n'était pas facile à montrer, mais là, on sait qu'on est fiers », a dit Roméo Poucachiche.

Bénévole depuis 27 ans au Centre d'amitié autochtone, Doris St-Pierre est convaincu du bien-fondé de ce gala.

Sous le signe du succès scolaire, Édith Cloutier, directrice du Centre d'amitié autochtone parle d'un événement qui soude aussi la communauté.

« Le fondement même du Gala Mëmëgwashi, c'est de dire moi je suis fier d'être anishinabé, moi je suis fier d'être Cri, d'être Atikamek. C'est de leur dire vous êtes notre avenir, on compte sur vous et on est fier de vous », a dit Édith Cloutier.

Cette année la formule réunissait en une même cérémonie les petits du primaire et les gradués postsecondaires.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine