Retour

Le Témiscamingue, déjà champion de la gestion des déchets, veut aller plus loin

La MRC du Témiscamingue a tenu une consultation publique sur le projet de gestion des matières résiduelles 2016-2020 mercredi soir à Laverlochère. Elle veut entendre les commentaires et les suggestions des citoyens pour les ajouter à la copie finale qui sera envoyée au ministère de l'Environnement. Le projet d'achat d'un incinérateur par la MRC a dominé les échanges.

La MRC veut réduire la facture des déchets de 3 millions à 2,5 millions de dollars dès 2017. La directrice du Centre de valorisation du Témiscamingue, Katy Pellerin, propose 25 mesures pour réduire ses déchets.

« On veut améliorer le tri des bacs parce qu'il y a plusieurs citoyens qui mettent un petit peu n'importe quoi dans n'importe quel bac », explique-t-elle.

Vers l'achat d'un incinérateur?

Mais la mesure phare du projet est l'achat d'un incinérateur à déchets, dont le coût est estimé à 4 millions de dollars, ce qui a soulevé plusieurs questions parmi les citoyens présents à la rencontre. Certains ont même proposé la mise en place d'une ressourcerie à la place de l'incinérateur.

« Lorsque vous parlez du four à combustion, vous dites que c'était une technologie éprouvée, ça n'existe pas au Québec. Si [ce n'est] pas éprouvé, c'est donc qu'il y a à faire une preuve du concept. Je voudrais juste m'assurer que [ce ne soient] pas les citoyens de la MRC de Témiscamingue qui payent la preuve du concept d'une entreprise privée », a fait valoir une citoyenne. 

« Il va falloir beaucoup raffiner ce projet, parce que la population va baisser au Témiscamingue, il [ne] faudrait pas se retrouver avec un bel éléphant blanc », prévient un autre citoyen qui a assisté à la rencontre.

Plusieurs étapes avant de concrétiser l'achat

Le préfet Arnaud Warolin s'est défendu de vouloir imposer l'idée, en expliquant que la MRC n'a pas encore approuvé l'achat de l'incinérateur.

« On a encore beaucoup d'étapes à franchir, on doit obtenir des permis environnementaux, on doit consulter la population sur un projet de cette envergure-là », explique M. Warolin. 

La MRC doit obtenir l'approbation du ministère de l'Environnement d'ici la fin de l'année pour une mise en œuvre du plan en 2017.

Déjà champion de la gestion des déchets

Par ailleurs, le Témiscamingue est parmi les huit meilleures MRC au Québec en matière de gestion des déchets résidentiels en 2014. La directrice du Centre de valorisation du Témiscamingue, Kathy Pellerin, explique que cette donnée provient du dernier classement du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

« [Un] rapport est remis chaque année au ministère du Développement durable sur les poids qui sont générés par MRC. C'est suite à ce rapport-là qu'on a reçu les données pour l'ensemble du Québec [et] c'est là qu'on a vu qu'on était huitièmes, dit Mme Pellerin. Ça veut dire qu'on génère moins de déchets par habitant que d'autres MRC du Québec. C'est sûr que le fait de faire du compost, ça nous aide beaucoup, ça fait en sorte qu'on génère moins de déchets dans notre bac noir. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine