Retour

Léandre Bergeron lance un cri du coeur pour la survie de son commerce

La boutique La Semence fait partie du paysage du Vieux Noranda depuis 35 ans. Le commerce traverse toutefois une période plus difficile depuis que les supermarchés développent le créneau des produits biologiques.

Un texte de Jocelyn Corbeil

Le propriétaire de La Semence, Léandre Bergeron, lance ainsi un cri du cœur.

« Si on regarde juste le prix, c'est certain qu'on va aller juste aux grandes surfaces parce que tout est là maintenant. Tous les produits que nous on tient ici depuis des années, ils l'ont, alors on se sent un peu démuni devant ça », soutient-il.Léandre Bergeron souhaite que les consommateurs comprennent l'importance d'encourager les petits commerces locaux.

« Il y en a des petits commerces qui disent : "c'est dur, pourtant l'économie est bonne", ajoute M. Bergeron. On demande juste que de s'arrêter avant d'aller à un endroit et dire : "est-ce qu'on peut aider davantage un commerce qui veut survivre ou bien aller au grand commerce où c'est plus facile?" ».

Économie localeJérôme Trépanier, un client de la boutique, dit apprécier le service offert et il veut, à sa façon, encourager l'économie locale.

Ghislain Trudel, de l'organisme régional Promotion Agro, comprend bien le combat des petits commerçants locaux.

« C'est important qu'on encourage les gens localement. La journée où on va fermer toutes ces boutiques, après ça, c'est la grande surface qui va prendre le contrôle et faire les prix qu’elle veut », estime-t-il.À 84 ans, Léandre Bergeron n'a pas l'intention de fermer boutique malgré cette période plus creuse.

Plus d'articles

Commentaires