Retour

Léandre Bergeron, un boulanger « illégal »?

Léandre Bergeron, artisan boulanger et propriétaire de la boutique d'alimentation saine La Semence, à Rouyn-Noranda, fait de nouveau face à certaines demandes du ministère de l'Alimentation, des Pêcheries et de l'Agriculture (MAPAQ) qui voudrait notamment inspecter les lieux où il produit le pain qu'il vend à raison de contributions volontaires dans sa boutique.

M. Bergeron produit son pain chez lui, dans sa cuisine. En 2002, le MAPAQ lui avait interdit de vendre du pain qui n'était pas produit dans un lieu qui répondait à ses règles minimales de salubrité. Pour contourner cette interdiction, M. Bergeron avait commencé à offrir son pain en demandant des contributions volontaires à ses clients.

Vendredi dernier, des inspecteurs du MAPAQ ont de nouveau demandé à M. Bergeron de pouvoir inspecter sa cuisine, une demande à laquelle il s'est opposé.

« Idéalement, c'est qu'ils comprennent que ma situation est spéciale, mais ça, c'est peu probable », croit M. Bergeron.

Le MAPAQ énonce ses règles

Johanne Minville, conseillère en salubrité des aliments au MAPAQ a précisé sur les ondes de l'émission Le Radio-Magazine, que le ministère qu'elle représente permet la préparation dans les cuisines domestiques à des fins commerciales. Toutefois, certains critères doivent être rencontrés.

Un permis alimentaire ainsi qu'une formation en hygiène et salubrité, ainsi que le respect des règles d'hygiène qui y sont véhiculées, sont aussi nécessaires aux artisans. Ces critères ne s'appliquent pas qu'à la boulangerie, précise Mme Minville.

Des inspections fréquentes sont prévues dans les différents établissements qui produisent des aliments.

Si les personnes visées par les inspections refusent d'ouvrir leurs portes, le ministère peut aller jusqu'à demander l'aide des policiers. Mais Mme Minville précise qu'il s'agit de cas « extrêmes ».

Une lettre au MAPAQ

Par ailleurs, la boutique La Semence, dont M. Bergeron est propriétaire et où il distribue son pain, offre à ses clients de signer une lettre destinée au ministre du MAPAQ, Pierre Paradis, appuyant la cause de l'artisan boulanger.

Plus d'une cinquantaine de lettres auraient été signées en deux jours.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine