Retour

Lebel-sur-Quévillon : un projet de plantation de marijuana à des fins médicales en développement

Une plantation de marijuana médicale pourrait voir le jour à Lebel-sur-Quévillon. Ce sont les deux infirmiers et propriétaires des Écuries Sicistan, Keven Boisvert et Maryse Lévesque, qui sont promoteurs du projet. Selon eux, produire de la marijuana médicale serait un bon moyen de diversifier l'économie de Lebel-sur-Quévillon.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Un projet en développement qui compte plusieurs appuis

Keven Boisvert devrait soumettre un dossier étoffé à Santé Canada au cours du prochain mois. « On s'est réseautés avec la Fédération des horticulteurs du Québec, avec des constructeurs de serres spécialisées, des entrepreneurs locaux... On s'est dit : "On va se monter un dossier béton". On a tous les appuis politiques, on a tous les documents qu'il faut remplir et on paie notre firme de sécurité, Sirco, à Montréal, qui est spécialisée dans la sécurité et qui travaille déjà de concert avec Santé Canada », explique-t-il.

M. Boisvert et Maryse Lévesque ont reçu l'appui officiel de la Ville de Lebel-sur-Quévillon, qui a voté une résolution en ce sens en novembre dernier. Le maire, Alain Poirier, explique aussi que le projet se réaliserait sur des terrains qui appartiennent à la Ville. « Comme vous le savez, à Lebel, des terrains, on en a. Donc, on a regardé au niveau de l'urbanisme, au niveau des terrains, ce qu'on pouvait faire pour amener notre support à cette entreprise-là. Ce sont des terrains qui vont être un petit peu éloignés du centre-ville. On en est à élaborer l'endroit spécifique où on va pouvoir les installer. On pense plus du côté de l'aéroport chez nous », dit-il.

Le député fédéral d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Romeo Saganash, a aussi donné son appui à la démarche.

Un marché florissant?

Au pays, 30 producteurs sont autorisés par Santé Canada à produire et à vendre de la marijuana médicale. Cependant, Santé Canada a refusé plus de 1000 demandes de licences de la part de potentiels producteurs entre juin 2013 et septembre 2015, soit plus de 75 % des dossiers.

Actuellement, une seule entreprise au Québec, Hydropothicaire, située à Gatineau, détient les autorisations de production de marijuana séchée en vertu du Règlement sur la marijuana à des fins médicales. Selon son président-directeur général, Sébastien St-Louis, le marché est florissant.
« La demande est énorme, surtout quand on regarde le potentiel de la légalisation du marché récréatif qui va venir dans un futur proche, souligne M. St-Louis. Nos ventes augmentent de 50 % au mois le mois. À mesure que les gens apprennent qu'il y a moyen d'acheter une marijuana salubre légalement, je crois qu'il y a de plus en plus de demandes à mesure que les gens s'aperçoivent que c'est possible. »

Kevin Boisvert estime que son projet pourrait nécessiter des investissements allant de 1,5 million à 2 millions de dollars. La production de 500 à 600 kilos pourrait créer de 10 à 12 emplois. L'entreprise pourrait ensuite grossir, selon les plans des promoteurs.

Près de 40 000 Canadiens ont eu recours à de la marijuana médicale au cours de la dernière année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine