Retour

Lecture d'été : l'auteure du Témiscamingue Nadia Bellehumeur s'intéresse à l'intimidation dans C'est juste une joke

La maison d'édition Les Z'ailées, basée au Témiscamingue, a lancé récemment le troisième roman de l'auteure Nadia Bellehumeur, intitulé C'est juste une joke. Le bouquin pour enfant aborde le sujet de l'intimidation sous un angle nouveau.

Au cours de la saison estivale, notre chroniqueuse culturelle Vanessa Limage vous propose de découvrir quelques ouvrages écrits par des auteurs originaires d'Abitibi-Témiscamingue.

Avec les informations de Vanessa Limage

L'auteure originaire de St-Eugène-de-Guigues s'est longtemps demandé comment aborder la thématique de l'intimidation, cherchant à éviter l'angle le plus commun, c'est-à-dire celui de la victime. 

« Il faut qu'on fasse connaître l'autre version, celle de la personne qui a réellement besoin d'aide en bout de ligne. La façon de mettre fin à l'intimidation, c'est d'aider les intimidateurs. Parce que si on retire la victime de son champ de vision, il va juste en trouver une autre, croit l'auteure. Il faut régler le problème à la source et c'est vraiment dans cet esprit-là que j'ai voulu écrire le livre. »

Dans la peau d'un ado

Nadia Bellehumeur affirme avoir dû réaliser beaucoup de recherche, notamment sur les réseaux sociaux, outils de communication privilégiés des jeunes générations. « J'avais downloadé toutes les applications pour voir comment ça fonctionne, ce qu'ils utilisent. [Je me suis aussi intéressée] à la psychologie d'un garçon, j'ai beaucoup parlé avec des jeunes garçons qui m'ont un peu inspirée », explique-t-elle.

L'auteure a aussi sollicité l'aide des gens qui interviennent auprès des jeunes, non seulement à l'école, mais aussi dans des cas plus directement liés à l'intimidation, par exemple des policiers de la Sûreté du Québec (SQ). « Ils m'ont donné des trucs, des pistes, des sites de recherche qui sont vraiment approuvés, relate-t-elle. Et de là j'ai commencé à monter mon histoire. J'ai parlé à des gens qui ont vécu [de l'intimidation], des gens qui en ont fait. C'est comme ça que je l'ai construite. »

Un livre pour jeunes et moins jeunes

Nadia Bellehumeur affirme avoir voulu faire un ouvrage de sensibilisation qui ressemble aux jeunes. Le livre s'adresse à un public de 12 ans et plus, mais l'auteure affirme que plusieurs adultes lui ont aussi confié s'y être reconnus, dont « des professeurs qui disaient : "On se reconnaît aussi dans nos milieux de travail des fois on ne réalise pas qu'on fait ces actions-là en se disant que ce n'est pas grave, que c'est une blague''. D'autres gens qui ont dit [voir] ça aussi dans leurs milieux de travail. C'est sûr que le livre se déroule dans une école, s'adresse principalement à des adolescents, mais les adultes qui le lisent peuvent aussi voir des similitudes. »

Plus d'articles

Commentaires