Retour

Lecture d'été : Plantes comestibles et médicinales de la forêt boréale de Roger Larivière

Le biologiste Roger Larivière a fait paraître l'ouvrage Plantes comestibles et médicinales de la forêt boréale le printemps dernier. L'auteur y invite les gens de la région à plonger le nez dans les sols du secteur afin d'en apprendre à propos des fleurs, petits fruits et champignons.

Au cours de la saison estivale, notre chroniqueuse culturelle Vanessa Limage vous propose de découvrir quelques ouvrages écrits par des auteurs originaires d'Abitibi-Témiscamingue.

Avec les informations de Vanessa Limage

Informations et idées recettes

Plantes comestibles et médicinales de la forêt boréale est scindé en différentes parties, à commencer par la présentation d'informations sur les plantes et fleurs, ainsi que leurs propriétés gustatives et médicinales. Certaines peuvent notamment soulager les crampes musculaires, la toux, offrir certaines propriétés laxatives ou encore guérir des plaies.

Une seconde partie porte principalement sur le chaga , un champignon très « tendance » - quoique connu depuis deux millénaires - qui s'accroche au bouleau. Plusieurs publications universitaires démontreraient ses qualités thérapeutiques notamment pour la peau, les allergies ou même anti-cancérigènes.

La troisième et dernière partie du bouquin regroupe des recettes à concocter avec des produits de la forêt boréale. Parmi ces idées, on retrouve un velouté de bleuets, un chocolat chaud au chaga, une crème brulée au thé du labrador tout comme une salade à l'épinette. Mais encore, certaines recettes plus inusitées s'y retrouvent, tel qu'un pain à partir de Matricaires, un masque de beauté à la fraise, une teinture à cheveux aux herbes ou encore du vin de pissenlit.

Conseils et contre-indications

65 plantes retrouvées dans la forêt boréale sont présentées dans le livre. « Les gens sont toujours étonnés de voir qu'il y a autant de plantes qui sont comestibles et autant de plantes qui ont des propriétés médicinales et qui ont été utilisées et qui sont encore utilisées. C'est un livre qui se veut le plus vulgarisé possible, donc c'est une mise à jour sur les plantes comestibles et médicinales », explique l'auteur.

D'ailleurs, certaines plantes sont utilisées par les Premières Nations depuis des millénaires, rappelle aussi le professeur à la retraite. « J'ai eu la chance de travailler avec la communauté de Pikogan et ça m'a obligé à fouiller concernant l'utilisation des plantes, jadis, par les communautés autochtones. J'ai développé un goût très aiguisé pour ces connaissances-là », affirme-t-il.

Avec ces informations viennent aussi plusieurs contre-indications. Il y a des précautions à prendre, notamment pour les femmes enceintes, « mais c'est tout écrit dans le livre ça », assure le biologiste.

Déjà un succès commercial

C'est la maison d'édition régionale l'ABC qui aide l'auteur à la publication de son livre. « Je suis encadré très bien avec un très bon réseau de distribution. Je viens d'aller porter sept boîtes de livres pour la distribution dans les librairies au Québec. Je vous dirais que les gens achètent, premièrement, parce que le visuel est très beau. On est supervisés par l'ABC de l'édition qui connaît les nouvelles tendances dans l'édition pour être capables d'attirer l'oeil et on espère aller en réédition même, l'année prochaine », dit-il souhaiter.

Depuis mai, environ 800 copies de Plantes comestibles et médicinales de la forêt boréale ont trouvé preneur.

Roger Larivière offrira des ateliers et conférences complémentaires à son ouvrage au cours des prochaines semaines. Le public pourra le rencontrer au Parc Aiguebelle les 21 et 28 août prochains, ainsi que le 4 septembre de 10h30 à 16h30.

Plus d'articles

Commentaires