Retour

Les bouchers de la région déjà débordés après une fin de semaine de chasse!

Les boucheries de la région fonctionnent à plein régime après l'ouverture de la chasse à la carabine dans la zone 13 qui couvre le territoire de l'Abitibi-Témiscamingue.

Avec les informations de Marc-Olivier Thibault

La chasse à l'orignal à la carabine vient à peine de commencer dans la région que déjà les chambres froides de la Boucherie des Praz sont remplies à ras bord. La boucherie située à Évain doit même refuser de la clientèle. Des gens partent d'aussi loin que du Témiscamingue pour faire débiter leur gibier, explique la copropriétaire Christel Groux.

« Ce qu'on nous dit, c'est qu'au Témiscamingue, il y en a de moins en moins qui font [la boucherie du gibier], relate-t-elle. Donc, on a eu des clients qui sont du Témiscamingue pour faire débiter leurs animaux, et on sait qu'il y en a qui ont des chambres froides qui vont être capables de les entreposer une partie et nous on va les débiter. On a en qui sont entrés en fin de semaine, de Guérin entre autres. »

Au Témiscamingue, avant même l'ouverture de la chasse à la carabine, des chasseurs exprimaient leurs inquiétudes quant au dépeçage de leur prise.

C'est la première année que la Boucherie nouvellement acquise des mains de Donald Gélinas offre le service de débitage. Et la demande est importante, surtout que cette année, les chasseurs peuvent chasser les mâles, les femelles ainsi que les veaux.

La saison a commencé samedi et dès le petit matin, le téléphone s'est mis à sonner, raconte Christel Groux.

« Samedi 8 h ont avait déjà des téléphones, des gens qui avaient tués à l'aurore dans le fond, raconte Mme Groux. Ils voulaient réserver leur place parce qu'il annonçait des températures chaudes, donc ils nous ont appelés pour réserver leur place, mais c'est dimanche pas mal que les animaux sont rentrés en grands nombres. »

En 2016 dans la zone 13, 1 629 bêtes avaient été chassées à la carabine.

Plus d'articles

Commentaires