Retour

Les chasseurs de la région tardent à enregistrer leurs armes à feu

Les chasseurs de l'Abitibi-Témiscamingue semblent bouder le registre des armes à feu.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Depuis l'entrée en vigueur du Service d'immatriculation des armes à feu le 29 janvier dernier, seules 5500 armes ont été enregistrées par des personnes résidant en Abitibi-Témiscamingue.

C'est moins de 5 % de l'ensemble des armes immatriculées dans la province, où un total de près de 120 000 armes à feu avaient été enregistrées en date du 28 juin.

Le directeur de la prévention et de la lutte contre la criminalité au ministère de la Sécurité publique, Clément Robitaille, précise que l'objectif du ministère se situe entre 1,2 et 1,5 million d'enregistrements dans la province.

Une hausse à l'ouverture de la chasse?

Clément Robitaille anticipe cependant une hausse des enregistrements dans les semaines qui précèdent l'ouverture de la chasse.

« Pour le moment, il est un peu tôt pour faire le bilan, parce qu'on sait qu'il y a une période au cours de laquelle les gens ont le temps de s'immatriculer. Cette période se termine le 29 janvier 2019 », rappelle-t-il.

« En ce moment, il y a plusieurs personnes, plusieurs chasseurs dont les armes sont remisées. Mais à partir du moment où les hautes saisons de la chasse sont en cours, on s'attend à ce que les propriétaires, justement, sortent leurs armes des lieux d'entreposage et profitent de l'occasion pour les immatriculer », ajoute-t-il.

Quelques minutes

Il ajoute que l'enregistrement des armes est simple, gratuit et qu'il ne nécessite que quelques minutes.

Les propriétaires d'armes à feu ont jusqu'au 29 janvier 2019 pour enregistrer leur arme.

Au-delà de cette date, ceux qui ne les ont pas enregistrées s'exposent à une amende pouvant varier entre 500 et 5000 $.

Plus d'articles