Retour

Les députés néo-démocrates Christine Moore et Roméo Saganash reviennent sur le désaveu du parti à Thomas Mulcair

Les militants néo-démocrates ont retiré leur confiance en Thomas Mulcair. Réunis en congrès à Edmonton, 52 % des quelque 1800 délégués du parti ont entériné une résolution demandant une nouvelle course à la direction. Retour sur le congrès néo-démocrate avec les deux députés de l'Abitibi-Témiscamingue.

La députée d'Abitibi-Témiscamingue Christine Moore avait donné son appui à Thomas Mulcair et ne souhaitait pas la tenue d'une course à la direction.

Elle n'est cependant pas très surprise des résultats. Elle se dit maintenant prête à toute éventualité, puisque la division était palpable auprès des membres. « Je ne pense pas qu'il n'y avait aucun député qui s'en allait au Congrès en se disant : "Ça va être dans la poche facilement", fait valoir Christine Moore. Je pense qu'on savait tous que ça pouvait être difficile. »

Christine Moore est confiante en l'avenir du NPD : « Le nouveau chef va avoir un bon travail à faire pour nous unir, mais on a déjà vécu des mésaventures auparavant et on a su se retrousser les manches, travailler [...] et j'ai bon espoir qu'à moyen terme, on va réussir à faire la même chose. »

Saganash attristé

Le député d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Roméo Saganash, est pour sa part attristé par le sort accordé à Thomas Mulcair.

« J'étais attristé hier pour mon ami Tom, parce qu'après tout, avec Jack [Layton], c'est Tom qui m'a recruté dans ce parti en 2011 », a confié le député lors d'une entrevue accordée à l'émission Des matins en or.

Thomas Mulcair restera en poste jusqu'à ce que son successeur soit choisi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine