Retour

Les députés néo-démocrates Christine Moore et Roméo Saganash reviennent sur le désaveu du parti à Thomas Mulcair

Les militants néo-démocrates ont retiré leur confiance en Thomas Mulcair. Réunis en congrès à Edmonton, 52 % des quelque 1800 délégués du parti ont entériné une résolution demandant une nouvelle course à la direction. Retour sur le congrès néo-démocrate avec les deux députés de l'Abitibi-Témiscamingue.

La députée d'Abitibi-Témiscamingue Christine Moore avait donné son appui à Thomas Mulcair et ne souhaitait pas la tenue d'une course à la direction.

Elle n'est cependant pas très surprise des résultats. Elle se dit maintenant prête à toute éventualité, puisque la division était palpable auprès des membres. « Je ne pense pas qu'il n'y avait aucun député qui s'en allait au Congrès en se disant : "Ça va être dans la poche facilement", fait valoir Christine Moore. Je pense qu'on savait tous que ça pouvait être difficile. »

Christine Moore est confiante en l'avenir du NPD : « Le nouveau chef va avoir un bon travail à faire pour nous unir, mais on a déjà vécu des mésaventures auparavant et on a su se retrousser les manches, travailler [...] et j'ai bon espoir qu'à moyen terme, on va réussir à faire la même chose. »

Saganash attristé

Le député d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Roméo Saganash, est pour sa part attristé par le sort accordé à Thomas Mulcair.

« J'étais attristé hier pour mon ami Tom, parce qu'après tout, avec Jack [Layton], c'est Tom qui m'a recruté dans ce parti en 2011 », a confié le député lors d'une entrevue accordée à l'émission Des matins en or.

Thomas Mulcair restera en poste jusqu'à ce que son successeur soit choisi.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine