Retour

Les élèves de l'école primaire Saint-Mathieu devront continuer à boire de l'eau embouteillée

Les enfants et le personnel de l'école primaire de Saint-Mathieu-d'Harricana devront continuer de boire de l'eau embouteillé et ce, pour des raisons financières.

Un texte de Thomas Deshaies

Les membres du conseil d'établissement souhaitaient en début d'année trouver une manière de rendre l'eau du puits de l'école, réputée non potable depuis 2012, apte à la consommation. Une rencontre a eu lieu en janvier afin de réfléchir à cet enjeu.Après de nouvelles analyses, la Commission scolaire Harricana (CSH) juge toujours que l'investissement de plusieurs dizaines de milliers de dollars pour rendre potable l'ensemble des points d'eau de l'école est démesuré, et ce, uniquement pour une cinquantaine d'élèves.À noter que la distribution d'eau embouteillée à l'école nécessite un investissement de moins de 1000 $ par année.

Analyses fréquentes

Toujours selon la CSH, la distribution d'eau par des distributeurs dans l'école n'est certes pas l'idéal, mais ne constitue pas une problématique majeure et les élèves s'en accommoderaient bien. Les formats de bouteilles sont de plus petites tailles pour faciliter leur transport dans l'école.Selon le coordonnateur aux ressources matérielles à la CSH, Ignace Speybrouk, l'école est forcée de faire analyser son eau régulièrement par la même compagnie qui livre l'eau, ce qui réduit la pollution en lien avec le transport.

Une seule buvette?

Ignace Speybrouk a toutefois analysé cette année la possibilité d'installer une seule buvette, ce qui aurait considérablement diminué les coûts.

« Vérifications faites auprès du ministère de l'Environnement, il n'est pas possible d'avoir un bâtiment où il y a un point où l'eau est potable et le reste est non-potable », explique-t-il.Selon M. Speybrouk, le traitement de l'eau où il y a une forte présence d'arsenic est complexe.

L'arsenic, ce n'est pas un "critère courant", souligne-t-il.

Le président du conseil d'établissement, Jean-François Gravel, comprend la décision de la CSH.

« Ce qu'on va faire, c'est remettre à plus tard cette réflexion. Au fil des ans, on va voir si cette solution va pouvoir se régler avec les technologies du moment », mentionne-t-il.

L'école Saint-Mathieu est la seule école de la commission scolaire à ne pas avoir accès à l'eau courante apte à la consommation.

Plus d'articles