Retour

Les employés de la mine Westwood entâment des moyens de pression

Les syndiqués de la mine Westwood entament des moyens de pression pour faire débloquer les négociations avec l'employeur.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Depuis jeudi matin, des pancartes ont été installées en bordure de la route 117 à l'angle du chemin qui mène à la mine.

Au cours de la fin de semaine, des autocollants ont aussi été apposés dans les installations de la minière IAMGOLD à Preissac.

Le représentant syndical des Métallos en Abitibi-Témiscamingue fait valoir que les négociations achoppent au niveau des clauses salariales.

Selon Harold Arsenault, l'employeur n'a fait aucune concession à ce niveau à l'occasion de la vingtaine de rencontres tenues depuis le début de la négociation, en octorbre dernier.

« On est rendu au salarial, ça fait un mois et demi ou deux mois que nos demandes salariales sont déposées. L'employeur ne nous est pas encore revenu. Quand est venu le temps de revenir avec la partie salariale, [l'employeur] a dit qu'il n'y avait rien sur la table. Ça ne fait pas sérieux, ça fait quelqu'un qui vire en rond et qui ne veut pas avancer. De notre côté, on va avertir nos travailleurs et commencer quelques moyens de pression », affirme-t-il.

Salaires, vacances et fonds de pension

Les syndiqués revendiquent des augmentations salariales, une amélioration du régime de vacances ainsi que des modifications au fonds de pension.

Les 450 employés de la mine sont sans contrat de travail depuis la fin du mois de novembre 2017.

La direction de la mine n'a toujours pas donné de suite à notre demande d'entrevue formulée jeudi avant-midi.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces